Christophe Granveaux: « J'étais prêt à laisser tomber. »
Christophe Granveaux: « J’étais prêt à laisser tomber. »

Comme à l’Etoile Naborienne, nous sommes entrés dans les coulisses du CS Veymerange. Les Mosellans, auteurs d’un début de saison catastrophique, se sont bien rattrapés depuis. Désormais installés à la 3ème place de DHR, les Verts reviennent de loin. Entretien confession avec Christophe Granveaux, le coach principal.

La préparation
« Lors de la reprise, nous entamons une préparation somme toute assez classique. L’apport de nouveaux joueurs et le jeu produit par le groupe nous permettent d’afficher de bonnes dispositions lors des matchs amicaux: nous gagnons même 4 à 0 contre Verdun, l’actuel leader de l’autre groupe. Bref, pas de signe avant-coureur de ce que nous allions subir dans les semaines qui ont suivi. »

Le début de saison
« Le premier match contre Thionville a une saveur particulière. D’abord, c’est le premier. Ensuite, c’est plus qu’un derby puisque l’on est dans la même ville. Malheureusement, nous le perdons mais nous avons dû faire face à des irrégularités: en effet, huit joueurs de mutation à Thionville sont présents sur le terrain alors qu’ils n’en n’ont théoriquement pas le droit. Nous portons l’affaire auprès de la commission régionale d’appel qui décide de remettre le match que nous jouerons le 3 février*. Nous perdons ensuite contre Yutz et Forbach, obtenons un match nul face à Homécourt avant de perdre contre Fameck à domicile. C’est aussi au cours de la mi-temps de ce match que j’ai senti qu’il fallait changer quelque chose. Immédiatement. »

Le déclic
« Nous avons montré aux joueurs que nous savions nous remettre en question. Daniel** et moi nous sommes alors tournés vers Gérald Ghezzi, mon adjoint des dernières années qui avait souhaité prendre ses distances. Et tout est reparti. On va à Trémery, on mène rapidement 2 à 0 avant de se faire rattraper en seconde mi-temps. Fort heureusement, on obtient un pénalty dans les dernières minutes qui nous permet, enfin, de lancer notre saison. Je pense que l’impact psychologique du changement associé au mental fort des garçons, nous a fait sortir de l’impasse. »

L’équipe
« La force de notre groupe tient en trois mots: cohésion, rigueur tactique et combativité. Aujourd’hui, même si les garçons n’arrivent pas encore à maîtriser les moments où l’on mène au score, ils ont gagné en maturité, notre classement actuel en atteste. Des atouts à mettre au crédit de la formidable alchimie existante entre les incontournables (Bersweiler, Klopp, Steinmetz, Tardivon), les nouveaux (Warnier, Colantonio, Lauzière) et les jeunes issus du club (Kiffert, Berardi, Falchi, Gonzalez, Gentit) qui ont sû ne jamais lâcher. »

L’objectif
« Réaliser une bonne seconde partie de saison et pourquoi pas, viser le podium. Les joueurs le méritent: je leur dois bien ça ainsi qu’à Marc Berardi, mon président, car il n’y a pas si longtemps, j’étais prêt à laisser tomber. Je suis encore marqué par mon début de saison: ça a été compliqué à gérer mais on se soigne ! »

* L’entretien a eu lieu début janvier
** Daniel Poulet est l’entraîneur-adjoint

Merci à Eric Zell du magazine Moselle Sport pour l’autorisation de publication de cet article

Extrait du magazine Moselle Sport de janvier 2013
Disponible dans tous les kiosques au prix de 3.50€
http://www.mosellesport.fr/

PARTAGER