Christophe Granveaux, l'entraîneur Veymerangeois, fait le point sur la saison écoulée, la première en DH du club depuis 20 ans. Photo CSVE
Christophe Granveaux, l’entraîneur Veymerangeois, fait le point sur la saison écoulée, la première en DH du club depuis 20 ans. Photo CSVE

CSVE.fr: La saison 2013/2014 touche à sa fin et pour sa première saison en DH depuis 20 ans, l’entraîneur Veymerangeois Christophe Granveaux, épaulé par son adjoint Gaétan Lénert, est finalement parvenu à réaliser l’objectif fixé en début de saison, à savoir maintenir le club dans l’élite du football Lorrain, chose que les aînés Veymerangeois n’étaient pas parvenus à faire. Christophe, quel est ton sentiment aujourdhui ?

Christophe Granveaux: J’en éprouve principalement deux. D’abord une énorme satisfaction de voir à nouveau Veym’ présent à ce même niveau l’année prochaine et avant la dernière journée. Ensuite, le sentiment d’avoir confirmé les bons résultats de l’an dernier. Le grand mérite en revient aux joueurs mais je tiens à y associer les personnes qui entourent de près ou de loin cette équipe. Les citer personnellement me ferait certainement en oublier un donc je préfère le faire collectivement. Un message particulier pour Gaétan qui a fait un très bon boulot à mes côtés. Je l’en remercie.

Par rapport aux aînés, aucune comparaison possible. Les générations sont faites pour être de plus en plus fortes je n’espère qu’une chose… qu’une génération future fasse mieux que celle-ci. Il n’y a pas de comparaison sur ce point. On se sert de l’expérience des générations précédentes.

Les conditions n’ont pourtant pas toujours été faciles tout au long de cette saison, avec dès le départ des possibilités réduites pour le recrutement, puis les blessures au sein de l’effectif, et parfois même quelques critiques émanant de la main courante même du stade du Buchel…

On n’a pas été forcément épargné par le sort. Entre autres, la blessure de Renaud nous a grandement pénalisé et il a fallu vite se relever. Seul Mike aura tout joué cette saison et il a fallu souvent composer et recomposer une équipe. Je n’ai pratiquement jamais été en mesure d’aligner deux fois de suite la même équipe. Pas simple à gérer, pour les joueurs et pour moi. Notre force est alors venue de notre collectif. Beaucoup de joueurs ont participé à ce championnat.

Dès le début, voire même au moment de la montée, on entendait ici et là des commentaires qui nous annonçaient dans le wagon de la descente si on ne recrutait pas. J’ai voulu continuer à croire en notre vision du football et j’avais foi en ce groupe. On lui a seulement adjoint deux recrues que nous sommes allés chercher. Force est de constater que le résultat est intéressant. Je suis convaincu qu’il faut maintenir ce cap et continuer à progresser.

En ce qui concerne la main courante, c’est un endroit que je ne maîtrise pas. Les spectateurs viennent assister au match, ils donnent leur ressenti et par moments oublient de se dire que Veym’ était en district il y a encore 10 ans et que c’est majoritairement ce même groupe qui porte le maillot vert depuis plusieurs années. J’aurai préféré qu’on soutienne davantage cette équipe et sa combativité au lieu de nous invectiver sur un fond de jeu défaillant. On y travaille mais on s’est avant tout nourrit des points qui nous permettent de continuer à ce niveau. Le reste était secondaire pour cette première saison en DH. J’irai au bout de mes idées et seuls le Président ou le directeur technique peuvent m’interpeller en me fixant d’autres objectifs. Le reste je l’écoute, j’en prends note, j’en tire des idées mais ce sont les résultats qui m’importent.

Pourtant, si on y regarde de plus près, on voit que l’équipe n’a pas à rougir de ses prestations cette saison avec à la clé un maintien en DH en poche, un 7ème tour de Coupe de France historique disputé à Schiltigheim et enfin une place de quart de finaliste décrochée en Coupe de Lorraine…

Au terme de cette saison, Veymerange restera dans le top 20 Lorrain. On était dans les 8 derniers rescapés lorrains en Coupe de France et dans les 8 derniers en Coupe de Lorraine. Je trouve ce constat suffisamment explicite. Si l’an prochain, les spectateurs du nord Mosellan veulent voir jouer les meilleurs joueurs amateurs lorrains (Rigole, Goncalves et j’en passe..), c’est à Veymerange qu’il faudra venir les voir.

Les joueurs ont aligné 27 confrontations contre des DH, 2 contre des CFA2, et des déplacements contre de belles équipes de PH. Globalement, on a progressé et je pense que cette équipe peut encore avancer. J’en suis intimement convaincu. Je reste intimement persuadé que nous sommes plus forts que l’an dernier.

Quant à la B, elle réalise la meilleure saison de son existence et Froidcul mérite son titre. Cette équipe a été d’une grande régularité dans ses résultats. Il nous faut encore travailler et gommer les erreurs faites. On va y arriver tôt ou tard.

Comment s’annonce la saison à venir ? Que sais-tu des premiers contours de cette saison 2014/2015 ? D’ailleurs, seras-tu toujours aux commandes de l’équipe au mois d’août prochain ?

Oui, Gaétan et moi-même continuerons à nous occuper de l’équipe A du club avec comme mission de la maintenir à ce niveau. Le défi est de taille. Les stats le démontrent… 7 des 10 dernières équipes montées de DHR en DH (hors Verdun et Veym’) sont redescendues en 2 ans. On le sait, on nous le dit et le redit « la deuxième année est la plus dure ». On en est conscient et les joueurs aussi.

Notre principal souhait est de garder le groupe actuel sachant que Marco Steinmetz va prendre du recul et que Lucas Falchi s’en va en Italie. Un grand merci à eux deux pour leur investissement.

Maintenant, il nous faut travailler sur le recrutement car une saison en DH est longue et harassante. Nous venons d’en faire l’expérience. C’est largement plus compliqué qu’une campagne de coupe de Lorraine. Des pistes existent. Il nous faut consolider l’effectif et y adjoindre des jeunes à fort potentiel. Gérald s’y attelle. Il faudra attendre pour connaître leurs décisions pour établir les contours exacts du groupe qui tentera de faire aussi bien que cette année.

Un dernier point me paraît primordial pour que le club grandisse. Il faut que les anciens de la maison verte reviennent diriger des équipes de jeunes pour y inculquer les valeurs du club. Les grands discours dans le club-house sont toujours utiles mais l’investissement d’une personne qui met en place ses idées n’a pas de prix. Les jeunes pousses de Veym’ en ont besoin et le club aussi.