Ce match fût dédié à la mémoire de Gérald Broniecki, éducateur et Vice-Président du CSVE, décédé dans la semaine.
Difficile de faire le récit d’un tel match, où tout a semblé aller de travers pour le CSVE. Face à une belle équipe de Sorcy, les Verts ont été inexistants et retournent logiquement en Moselle avec une belle valise, encaissant pas moins de 5 buts, et étant incapables d’en mettre un seul! Le score est sans appel et parle de lui-même.
Pourtant, dès le début du match, les deux équipes essayèrent de produire du jeu et se neutralisaient, sur un terrain difficile, loin des « standards » de la Promotion d’Honneur. Mais rapidement, alors que les Veymerangeois dominaient territorialement, Da Cunha perdit un ballon au milieu de terrain et s’en suivi alors un modèle de contre attaque des Meusiens, que ni la défense ni le gardien Veymerangeois Bersweiler ne réussirent à contrer: le cauchemar pouvait commencer… Les Verts tentèrent alors de réagir, mais Marez rata un pénalty (obtenu pour une faute sur Guildorf) et Klopp vit sa frappe échouer sur le poteau. Malgré tout, les Verts se fairont encore surprendre en contre-attaque, avec un scénario semblable au 1er but. Puis, peu avant la pause, sur un coup-franc venu de la gauche, les Verts, totalement absents au marquage, laissent tranquillement les joueurs de Sorcy marquer leur troisième but. A la mi-temps, avec un score de 3–0, autant dire que le match était déjà quasiment plié…

Au retour des vestiaires, les Verts vont tenter le tout pour le tout, mais dès l’entame de la seconde période, c’est encore une perte de balle dans le camp Meusien qui amena le 4ème but sur un contre rondement mené. Le reste des 45 dernières minutes montrera des Verts entreprenants mais maladroits et imprécis, à l’image de Rondel qui, malgré plusieurs occasions, ne trouva jamais le chemin des filets. Par la suite, c’est une mauvaise relance de la défense Veymerangeoise qui fût bien exploitée par les attaquants de Sorcy, lesquels finissaient facilement le travail pour le 5 à 0.
Malgré quelques dernières tentatives de part et d’autre, le score ne bougea plus et c’est la tête bien basse que les joueurs sortirent du terrain.

C’est donc un match catastrophe, qu’il faudra rapidement oublier pour se remettre en scelle dès dimanche prochain, pour un match de Coupe de France qui s’annonce compliqué, contre Florange, pensionnaire de DHR, qui s’est lui-aussi incliné, sur son terrain cette fois, sur le score de 3 buts à 0 contre Saint-Avold.