En difficulté depuis le début de la saison, les Veymerangeois de Gérald Ghezzi ont signé un premier succès face à Marienau (2-1).

Veym’ restait sur une saison quasi parfaite. Mais totalement frustrante. Une deuxième place en championnat après avoir battu Yutz et longtemps entrevu la perspective de retrouver le grand cousin Thionvillois en DH. Et une demi-finale de Coupe de Lorraine perdue par négligence, au Buchel, face aux Audunois de Beckrich, Roncen et Medri.

Se remet-on de pareil parcours ? Il faut du temps. Gérald Ghezzi, le coach, le pense. « Il faut se remettre en question, repartir de zéro. Oublier. Il a été difficile de se relancer sans Christophe Granveaux qui était un relais important et quelqu’un qui comptait dans le vestiaire et sur le terrain. Et puis, les nouveaux n’étaient pas prêts pour des raisons diverses en début d’exercice. Morel s’est vite blessé, Risse n’a pas débuté, Stawiskowski n’apparaît que maintenant et Nowicki a encore du retard à combler ». Alors, les Verts sont mal partis. Défaite logique à domicile face à Hagondange, revers malchanceux à Sarrebourg, Veymerange a tout de suite pris un certain retard. Et les doutes sont apparus.

« C’est pourquoi il était important et indispensable de s’imposer, dimanche, face à Marienau, une équipe reléguée de DH qui n’avait pas gagné et qui me semble aller au-devant de difficultés. Nous avions donc la pression et le but rapide de Tardivon (5e) nous a libérés », ajoute Ghezzi.

Dimanche soir, Veym’ avait donc enfin décollé. Pour apparaître avec 3 points à la 10e place du classement. Mais tout n’est pas encore parfait. « Nous avons joué une bonne première mi-temps. C’était moins bon par la suite. Marienau a manqué sa chance en vendangeant un penalty. Mais dans l’ensemble, l’équipe se met en place et c’est encourageant ». Dimanche, Ghezzi avait un peu redistribué les rôles, remontant au milieu du terrain Da Cunha en meneur de jeu, devant deux défensifs pour écoper, Lopez, longtemps blessé, l’an passé et surtout le nouveau, Stawiskowski, un joueur physique, placé devant la défense. Pour que Veymerange franchisse encore un cap, il aurait besoin d’un avant-centre de fixation capable de libérer des espaces pour Marez et Steinmetz ou Porzi. Face à Marienau, Ghezzi avait remonté Klopp sur le front. Une idée à poursuivre.

PARTAGER