Guillaume Chiarello (à gauche) et Veymerange ont tout donné et finalement peu reçu face à Forbach... Photo RL
Guillaume Chiarello (à gauche) et Veymerange ont tout donné et finalement peu reçu face à Forbach… Photo RL

VEYMERANGE – FORBACH: 1-2. Très présents dans les duels, les Veymerangeois méritaient le match nul, mais leur absence de réalisme offensif les a condamnés. Forbach, le leader, n’a pas montré grand-chose mais il garde la main…

Forbach peut dire ouf ! Il s’en sort avec trois points. Sans la manière. Et garde sa position privilégiée au classement. Mais hier, il aura fallu un corner de Maddi, au deuxième poteau, pour la tête puissante d’Abdouni (10e) et une reprise très opportuniste du défenseur Benthami pour faire douter les Verts Thionvillois avant que Simpara ne fasse le break à la 70e minute, à la suite d’une action d’école à trois avec Yaya Ba au départ et Redjam en passeur décisif. Et ce but fut fermement contesté par les locaux qui réclamaient une position de hors-jeu du buteur.

Bien en place, avec, comme d’habitude, une défense resserrée autour de Tardivon, une nouvelle fois impérial, Veymerange avait réussi son entame, résistant à l’impact, gagnant la plupart des duels. Les Verts ne concédaient pas un pouce de terrain et Forbach, en terme d’occasions, en était réduit à la portion congrue. Bien sûr, sur le plan offensif, Veymerange ne la ramenait pas. Guildorf, esseulé, avait fort à faire avec Barry et ses défenseurs. Mais il y avait de quoi espérer. Et puis, Abdouni, plutôt transparent hier, était passé par là. A la pause, Granveaux était ronchon. Avec raison.

Tardivon était partout

La deuxième période allait virer largement en faveur des Thionvillois, qui avaient remonté leurs bases et qui poussaient. Notamment sur les coups de pied arrêtés où la tête chercheuse de Tardivon était très présente. Veymerange s’octroyait alors de belles situations: sur une passe en retrait de Guildorf pour Porzi (60e) qui ne trouvait pas la cage de Mathis, sur un centre de Bombino pour la tête de Dehar un peu dépassé (74e) ou sur une incursion de Marez qui butait sur le portier Forbachois.

Deux minutes après, Tardivon provoquait un penalty que Porzi transformait. Sur la fin, ça brûlait donc. D’abord sur le but Thionvillois, Bersweiler gagnant son duel avec Ba (89e). Puis dans les arrêts de jeu, quand Marez envolait un ballon d’égalisation ou quand Porzi, sollicité par Tardivon, ne parvenait à reprendre la proposition. Du coup, Forbach s’en tirait au mieux de ses intérêts.

Le match:

VEYMERANGE – FORBACH: 1-2 (0-1)

Stade du Buchel. 80 spectateurs. Arbitre: M. Heitzmann. But pour Veymerange: Porzi (76e sp); pour Forbach: Benthami (10e), Simpara (70e). Avertissements à Veymerange: Peverini (76e); à Forbach: Simpara (43e).

Les équipes:

VEYMERANGE: Bersweiler, Gentit, Bombino, Tardivon, Lénert (Peverini, 72e), Chiarello, Kiffert (Colantonio, 77e), Da Cunha, Guildorf (Dehar, 62e), Porzi, Marez.

FORBACH: Mathis, Anastassowa (Meraihi, 81e), F. Redjam, Benthami, Barry, Maddi, S. Redjam, Babaya, Ba, Simpara, Abdouni (Beldjilali, 77e).

Les réactions:

Christophe Granveaux, entraîneur de Veymerange: « On les a tenus en respect mais on a manqué de réalisme. Après, on dira que les détails ont tourné en leur faveur ».

Salem El Foukhari, entraîneur de Forbach: « Je tiens d’abord à féliciter Veymerange qui n’a pas été récompensé. Nous, nous étions venus pour trois points. Nous avons manqué de rythme parce que nous n’avons pas joué depuis deux semaines. Et puis, le terrain ne nous a pas avantagés ».

L’essentiel de la 21ème journée:

Forbach s’envole. L’US Forbach n’a décidément pas l’intention de moisir en division d’Honneur. En atteste sa nouvelle victoire sur le terrain pourtant compliqué de Veymerange (1-2). Relégué l’été dernier, le club poursuit donc sa réhabilitation au prix d’un parcours admirable. Les Mosellans comptent d’ailleurs deux points d’avance sur leur dauphin lunévillois qui sera aussi leur prochain adversaire en championnat, le samedi 3 mai. Il planera alors comme un petit parfum de finale sur les débats.

L’APM végète. Les acteurs de ce championnat d’Honneur sont unanimes : l’APM Metz n’est pas à sa place. Elle s’y accroche pourtant. Malgré d’indéniables qualités de football, cette équipe a trop souvent manqué d’efficacité pour espérer mieux figurer dans le classement. Sa récente défaite devant Epinal (0-1) en a encore fourni l’illustration.

Magny surpris. La Renaissance Sportive de Magny ne s’attendait certainement pas à mordre la poussière sur le terrain de la lanterne rouge. Mais Blénod a frappé (3-2) et les Messins sont aujourd’hui lestés d’un retard très conséquent et ils risquent difficilement de revenir dans la course à la montée.

L’Etoile a brillé. L’Etoile Naborienne de Saint-Avold a sans doute signé la performance du week-end en allant s’imposer sur le terrain de Verdun-Belleville (1-3). Anthony Babit a porté les siens en s’offrant un doublé. Le week-end fut d’ailleurs positif pour cette famille puisque son frère, Brian, a aussi inscrit un but avec Dijon, en Ligue 2…

PARTAGER