Untitled-1

C’est presque le titre d’un des premiers Œil. Il y a deux ans. Mais à nouveau, le bus qui est rentré de Saint’A ce samedi était bien un bus du bonheur… ou plutôt sur la route du bonheur.

Qui y croyait? Vous? Les joueurs? Le coach? En tout cas ce dernier n’a jamais abdiqué avant cette opposition. Il croyait à un coup possible. Il y a toujours cru. Avec un petit coup de pouce du destin parce que dans ces conditions tout doit bien se passer. Le jeu, les actions, l’attitude, l’envie, l’optimisme et le petit plus de réussite du jour de la frappe dangereuse dans les 16m50 qui s’envole parce qu’il était dit qu’aujourd’hui tout était combiné pour un exploit et que cette frappe devait s’envoler. Pendant le trajet aller les opinions étaient diverses. Certains pensaient qu’un coup était possible, d’autres que nous préparions Mike à un spécifique gardien. C’était du 50-50 dans les opinions.

Mais voilà Veym’ est une équipe surprenante, capable de déjouer contre des équipes à la même hauteur que nous au classement et de se sublimer contre le haut du pavé. C’est ce qui s’est passé. Quand le match s’est-il joué? Si vous voulez mon avis, ce n’est pas sur le terrain. Ni dans le bus, ni dans les entraînements précédents le match. Je suis convaincu qu’il s’est joué dans la causerie de départ et l’échauffement. Je ne vous dévoilerais pas les secrets de coach Chris mais je peux vous assurer qu’à la sortie des vestiaires après cette causerie et l’échauffement, tout était en place pour l’exploit. Ce sont des choses qui se sentent dans l’odeur du couloir et qui se voient dans les regards. Même si j’ai beaucoup de respect pour Saint’A car il y a vraiment un potentiel intéressant dans cette équipe, vous ne m’enlèverez pas de l’idée qu’ils sont entrés sur le terrain avec un petit peu de suffisance. Le second au classement qui accueille un Veym’ en difficulté, de quoi aborder ce match avec un peu de décontraction voir de facilité. Au résultat, des erreurs individuelles inhabituelles chez les rouges avec des contrôles approximatifs et des passes qui arrivent dans le vide. Si vous ajoutez à ces éléments un jeu appliqué de Veym’, parfois un peu forcé certes, il y avait de quoi mettre assez rapidement le doute dans l’esprit de cette (à nouveau) très intéressante équipe locale.

Le titre du Républicain Lorrain est flatteur mais il est vrai que la performance est là. Tout au long de la partie les verts auront fait preuve d’abnégation et d’effort. Au point que Renaud ne revienne en marchant dans les ultimes minutes à bout de force en regardant passer un rouge avec le ballon à côté de lui sans même pouvoir orienter sa marche dans sa direction et que Dav’ ne cède sa place en boitillant (exténué) après avoir subi un tacle plus qu’appuyé (deux pieds décollés du sol) du central rouge, expulsé sur cette intervention. Sur le banc, deux blessés (Greg avant le match et Tiago à l’échauffement) et un défensif. Moralité, c’est Jeremy qui prend la place de Dav’ et qui devient la pointe du jour. Vous réalisez bien que dans ces conditions, revenir avec 3 points est bien un authentique exploit. D’ailleurs même à 10, personne ne voyait que Saint’A était en infériorité numérique tant leur volonté de revenir au score était marquée. Mais voilà, pas pour cette fois. 0-1 sera l’issue de la rencontre.

De retour au vestiaire, Mike peut se laisser aller à un snap et le groupe à un bénano. De mémoire de vestiaire vert, cela faisait longtemps qu’un bénano n’avait pas autant raisonné. Autant que le coup de gueule du coach local que nous pouvions entendre de notre vestiaire à la mi-temps. Oui Dav’ tu avais raison, comme le dit super mamie dans la pub Toyota Aygo, peu importe le texte tant que « ça claque sa mère! ». Et ce bénano là, croyez moi… il a « claqué sa mère! ».

Ces 3 points sont importants pour nous. Vous le savez tous. Mais si ce match n’est pas suivi d’autres performances similaires alors il n’aura servi à rien. Travail dans la semaine, disponibilité pour l’équipe et cohésion. Il s’agit des seules choses qui nous sauveront. Ensuite il sera temps d’aller allumer quelques cierges, ou d’effecteur quelques danses tribales, d’écrire encore un Œil.. enfin ce que vous voulez tant que le sors nous est favorable. La tribune de Saint’A était à moitié verte. Alors s’il vous plaît, chers joueurs, faites en sorte que la fête verte se poursuive encore… les anciens (et quand j’écris « anciens » je veux dire vraiment « anciens », avec tout le respect qui leur est dû) sont venus vous soutenir. Ils sont repartis émus et heureux. Ils vous ont remercié par l’intermédiaire de Gabi, pour la passion d’une couleur et de deux drôles d’animaux qui entourent un arbre. Tout ne sera pas simple, mais tant que l’espoir est là… à Veym’ tout est possible.

PARTAGER