Trente jeunes gardiens issus du secteur ont assisté dimanche passé à la 2ème session la deuxième session du centre de perfectionnement des gardiens de but organisée par le CS Veymerange et le district Mosellan de football. Photo CSVE
Trente jeunes gardiens issus du secteur ont assisté dimanche passé à la 2ème session la deuxième session du centre de perfectionnement des gardiens de but organisée par le CS Veymerange et le district Mosellan de football. Photo CSVE

Ce dimanche avait lieu à Veym’ la deuxième session du centre de perfectionnement des gardiens de but (CPGB) pour le secteur sidérurgie. 30 gardiens, un temps idéal et beaucoup de travail. Récit d’une Première Croisade en voix d’achèvement.

Après une première session le 9 mars, les jeunes gardiens du secteur attendaient avec impatience cette nouvelle session. 30 jeunes gardiens U11-U13 du secteur ont répondu présent au rendez-vous avec en complément deux éducateurs de Volmerange et d’Algrange accompagnés des locaux Stéphane, Raphael et Ludovic. A la baguette Indiana Jean-Marc et en appui méthodologique Mickael the Ménétrier avec sa disponibilité et sa bonne humeur floquée d’un dragon grenat toujours aussi appréciable.

Indiana Jean-Marc est un personnage aventurier footballistique et formateur d’éducateurs, il apparut pour la première fois en 1983 dans les buts de l’actuelle Ligue 2 sous les couleurs grenats pour réaliser une série de 254 matchs en Ligue 1 et Ligue 2. Indiana Jean-Marc est un personnage emblématique de la culture Lorraine. En 1988, il remporte avec le FC Metz la Coupe de France. Ses aventures contemporaines se déroulent sous l’égide de la Ligue de Lorraine, après une reconversion d’un temps comme arbitre, avec comme toile de fond la renaissance de la formation des gardiens lorrains. Le récit de cette Première Croisade à la Ligue de Lorraine mêle espoir et réalité, Indiana Jean-Marc rencontrant des éducateurs et des jeunes gardiens sur tout le territoire mosellan. Dans ses aventures en tant que formateur de gardiens et d’éducateurs, sa vie est rythmée par la recherche et découverte de jeunes gardiens motivés tout en étant confronté à des mythes et croyances diverses d’éducateurs de tous âges.

Son credo, la justesse du geste technique de gardien. Pas d’atelier compliqué, pas de matériel digne d’un film de Steven Spielberg, pas de consignes alambiquées, la répétition de gestes simples dans des ateliers ciblés sur un seul geste. Pour les jeunes gardiens, un seul objectif par atelier. Pour les éducateurs, la recherche du geste technique idéal. Attitude, prise de balle, plongeon, relance, motricité. Rien que du simple et que du fondamental pour ce poste. On est loin des pléiades d’exercices des stages où il faut montrer toute l’étendue des capacités d’un centre, d’une école ou d’une Académie. Rechercher le geste parfait. Puis augmenter en complexité. Il y a de quoi méditer dessus. Avec quelques cocottes, 3 barres au sol, 4 cônes et 2 cerceaux, vous avez de quoi occuper pendant 2 heures les 30 gardiens présents. Et on aurait pu encore passer du temps sur certains exercices. Croyez-nous.

Les jeunes gardiens étaient peut être surpris par l’étonnante simplicité de certains ateliers mais la formation des gardiens passe aussi par là, le retour au fondamentaux. Car ils sont loin d’être acquis. Oui s’amuser sur un atelier est important, et on a le droit de sortir une échelle, un tchoukball ou des plots pour enrichir nos séances. Oui nos jeunes gardiens ne sont que des enfants, alors n’attendez pas d’eux qu’ils placent des murs à la perfection, qu’ils captent tous les corners ou encore qu’ils aillent chercher tous les ballons en lucarne. N’oubliez pas l’âge qu’ils ont lorsque vous êtes sur le bord des terrains et que vous les encouragez. Oui ils pourront faire des fautes de main ou de placement car comme tous les autres, comme les joueurs de champs, ils ont le droit à l’apprentissage… tous. Oui ils ont un poste spécial à responsabilité, celle du dernier rempart, et c’est un facteur de pression supplémentaire dans leurs jeunes têtes. Ils ne jouent pas la Ligue de Champions tous les weekends, et vous parents, accompagnateurs ou éducateurs non plus. Rappelez-vous en avant de dire « Mais non.. Mais c’est pas possible.. C’est quand même pas compliqué » lorsqu’un jeune gardien encaissera un but. Oui vous aurez le droit de l’encourager et de le féliciter lorsque sur un arrêt il évitera d’encaisser un but, permettra à son équipe de maintenir son avantage d’un but et qu’au coup de sifflet final, cela leur permettra de gagner un match, un tournoi ou de se qualifier pour une finale Départementale. Donnez leur le temps d’apprendre. Et ces 2 sessions de perfectionnement font parti de ce cycle d’apprentissage, cela en est même le cœur. Nous n’espérons qu’une chose, c’est que l’initiative test de cette année effectuée avec le District Mosellan puisse se poursuivre l’année prochaine, pour une nouvelle croisade d’apprentissage pour les jeunes gardiens lorrains et leurs éducateurs. Espérons juste voir ces derniers plus nombreux.

En attendant, tous nos jeunes gardiens et éducateurs sont invités le dimanche 11 mai à la Plaine Saint-Symphorien ( http://www.fcmetz.com/club/struc ) au FC Metz pour une dernière séance 2013-2014 de 10:00 à 12:00 en compagnie des gardiens pros. Gageons que nous y découvrirons le nouvel épisode d’Indiana Jean-Marc et le Royaume du Graoully. Parce qu’à la fin, ces belles aventures ne sont ni des super-productions, ni des histoires de petites chapelles de clubs, ni de affaires de grands comptes financiers. Non, il s’agit simplement d’aventures humaines faites massivement de bénévoles qui s’engagent, de jeunes qui ne recherchent que le plaisir d’un sport et qu’il faut bien guider sur un chemin.

Alors un grand merci à nos 2 aventuriers locaux, au District Mosellan et à tous les bénévoles qui nous ont accompagné sur ces 2 sessions, éducateurs, gardiens et parents. Merci aussi aux bénévoles de Veym´ que peu de monde ont vus (à l’ouverture du club house tôt le matin, au nettoyage des vestiaires encore plus tôt, au premier café, au passage de balai dans la salle, au nettoyage du terrain, au service du goûter par exemple) mais sans qui cela ne se serait pas aussi bien passé. Bon courage aux autres clubs qui vont encore héberger ces centres de perfectionnement en Moselle avant la fin de la saison. Nos pensées vertes vous accompagnent.

PARTAGER