Mickaël Pisu, l’une des rares recrues de Veymerange. Pas de grands coups de volants avant d’attaquer le top niveau régional. Photo RL
Mickaël Pisu, l’une des rares recrues de Veymerange. Pas de grands coups de volants avant d’attaquer le top niveau régional. Photo RL

Le CS Veymerange a repris l’entraînement. Le club entame la préparation du championnat Division honneur, le plus relevé de Lorraine. Revue des troupes et des ambitions avec l’entraîneur Christophe Granveaux.

A peine un mois de repos et les voici de retour. Les joueurs du CS Veymerange, l’équipe à sensations de Thionville, ont repris le chemin du stade mercredi. Rien n’est laissé au hasard dans la préparation de la nouvelle saison. « Notre premier match est le 24 août, glisse Christophe Granveaux, le coach de la A. Il faut se préparer dès maintenant ». La pré-saison s’annonce cruciale, vu le challenge qui attend les Verts.

Promus en division d’honneur, ils vont se frotter aux meilleurs clubs lorrains. La « DH », comme on dit dans le jargon, correspond au plus haut niveau régional. « On va jouer Saint-Avold, Saint-Dié, Lunéville… » autant de formations qui font tilt chez les passionnés.

Assumer un nouveau statut

Pour les Verts, l’aventure est magnifique. Il y a dix ans, ils évoluaient encore en 1ère division de district (quatre étages en dessous de la DH, vous suivez ?) Aujourd’hui, les voici au top, après une saison 2012/2013 haletante. Les Verts avaient validé la montée lors de la dernière journée, en s’imposant face au FC Thionville. Cerise sur le gâteau, ils avaient terminé finaliste de la coupe de Lorraine.

La question maintenant, c’est « comment prolonger l’euphorie ? » « On débarque en DH avec humilité, souligne Christophe Granveaux. L’objectif est clairement le maintien. » Pour bien faire, le CS respecte le fameux dicton: on ne change pas une équipe qui gagne. « Le club enregistre un départ et trois arrivées, détaille Christophe. Autant dire très peu de mouvements. » Parmi les nouveaux visages, Mickaël Pisu (photo) devrait dynamiser l’attaque. Le jeune homme jouait en D2 Luxembourgeoise l’an dernier, à Mondorff. « On m’a dit tellement de bien sûr Veymerange, explique-t-il. C’est un club familial, avec une bonne ambiance. J’ai hâte de jouer les premiers matches. » Des footballeurs qui fuient l’argent (il y a des primes au Luxembourg ) pour l’amour du ballon. Qui a dit que le foot était mort ?

Esprit club

« L’esprit club à Veymerange, c’est une réalité, vante l’entraîneur. Tout le monde joue gratuitement chez nous. » Un paramètre significatif car en France aussi, les primes de matches amateurs existent. Une centaine d’euros dans certains clubs de DH.

Blessé au coude, la recrue Luxembourgeoise a retrouvé toute sa forme. À noter également, l’arrivée de Guillaume Chiarello, milieu défensif en provenance du FC Thionville. « Tous auront des occasions de se montrer, précise l’entraîneur. Veymerange c’est 25 joueurs et un gros turnover. Il n’y a pas de titulaire à proprement parler. »

Au niveau tactique, Christophe Granveaux et ses deux assistants restent sur un atout solide: la défense d’abord. « Nous n’avons pris que 14 buts l’an dernier, calcule l’entraîneur. Notre gardien Mickaël Bersweiler a également fait un boulot énorme (doublure de la sélection Lorraine, NDLR). » Toutes les parties de l’équipe ont leur talent. Reste, peut-être, à travailler la transmission de balle entre les lignes. Allez les Petits…

PARTAGER