Au terme d’une rencontre très engagée, Veymerange a profité d’une erreur défensive des Boulageois pour prendre l’avantage.

Dès la première minute, le tir de Guildorf est contré en corner par la défense Boulageoise.

Puis les débats se concentrent au milieu de terrain. Au quart d’heure de jeu, Houllé à la suite d’un débordement sur le côté droit, tire en angle fermé mais Bersweiler, le portier Veymerangeois s’interpose. Sur la relance, Petry intercepte le ballon et sa frappe est stoppée une nouvelle fois par Bersweiler. Le jeu se durcit, entraînant beaucoup de fautes des visiteurs qui écopent de trois avertissements en moins d’un quart d’heure. Dans les arrêts de jeu de la première période, Pinck intervient magistralement sur un essai de Klopp à l’affût au point de penalty.

Au retour des vestiaires, les Boulageois prennent la maîtrise du jeu. Ainsi, Petry envoie un boulet qui heurte le montant droit du but visiteur alors que Bersweiler était battu (48e), puis Halipré rate de peu un centre de Houllé au point de penalty. Weiten à son tour lance Isch dans l’axe, Berardi lui subtilisant le ballon in extremis devant le but (69e). Ce même Weiten s’essaie d’une frappe puissante qui est repoussée par Bersweiler (80e).

A huit minutes du coup de sifflet final, sur un contre, Chaussonnet déborde et centre sur Marez, seul face à Pinck, qui marque et donne l’avantage à Veymerange. Regroupés à dix en défense, les visiteurs gardent leur avantage et doublent même la mise sur un nouveau contre dans les arrêts de jeu de Guildorf.

Les réactions:

Christophe Granveaux, entraîneur de Veymerange: « On s’en sort miraculeusement, Boulay méritait amplement le match nul voire davantage. On se rapproche du maintien ».

Dimitri Dawiskiba, entraîneur de Boulay: « C’était un match très engagé. L’équipe la plus opportuniste a gagné. Il va falloir encore davantage se serrer les coudes, la route est encore longue ».

PARTAGER