Vadala et Veymerange ont été cueillis d’entrée par des Amnévillois supérieurs dans tous les domaines. Photo RL
Vadala et Veymerange ont été cueillis d’entrée par des Amnévillois supérieurs dans tous les domaines. Photo RL

VEYMERANGE – AMNEVILLE: 0-2. Amnéville était pressé d’en finir à Veymerange. En six minutes, les Thermaux avaient bouclé la marque contre des Verts décevants. La course au maintien risque d’être délicate pour Veymerange.

Désireuse de se réchauffer rapidement, l’équipe de Cédric Léonard, d’entrée dans le vif du sujet, n’a pas traîné. Héritant d’un bon centre venu de la gauche, Boncœur ne laissait aucune chance à Bersweiler (0-1, 5e). Veymerange n’avait pas le temps de reprendre son souffle: dans la minute suivante, Abdelkadous avait doublé la mise (0-2, 6e).

Bien en place et maitrisant parfaitement son sujet, le onze amnévillois se montrait dominateur dans tout les compartiments du jeu, obligeant Veymerange à rester sur la défensive. Souvent dépassés, les joueurs de Christophe Granveaux subissaient, mais Tardivon et Bérardi se montraient efficaces pour enrayer les tentatives amnévilloises.

Veymerange impuissant

Peu en verve offensivement, les attaquants locaux parvenaient difficilement dans le camp visiteur, à l’image d’un Pompermeier très esseulé. Du coup, Keldenich n’était jamais inquiété. À l’opposé, toutes les actions menées par les partenaires de Falleti étaient dangereuses. Suite à une montée de Lempereur, Abdelkadous voyait ainsi sa frappe heurter le poteau (28e) et la mi-temps survenait sur un score amplement mérité pour Amnéville, à l’aise techniquement.

Veymerange reprenait les débats avec envie et Amnéville reculait, sans pour autant être mis en danger. Peu avares en efforts, les coéquipiers de Bersweiler tentaient de faire plier la défense qui tenait bon. Et le manque de percussion offensive de Veymerange n’arrangeait rien, face à l’une des meilleures défense de DH.

Gérant parfaitement son avantage, le CSOA ne se privait pas d’amorcer quelques contres, toujours dangereux. Ainsi, Boncœur, servi par Abdelkadous, ratait-il le cadre de peu (54e). En fin de rencontre, le remuant Abdelkadous était tout, prêt de corser l’addition (83e , 88e).

L’avenir de Veymernage en DH semble aujourd’hui bien incertain.

Le match:

VEYMERANGE – AMNÉVILLE: 0-2 (0-2)

Stade de Thionville/Guentrange (synthétique). Arbitre: M. Servan. Buts : Boncœur (5e), Abdelkadous (6e). Avertissements à Veymerange: Berardi (60e), Pompermeier (60e), Pisu (67e), Ranieri (80e); à Amnéville : Abdelkadous (84e).

Les équipes:

VEYMERANGE: Bersweiler – Vadala (Ranieri 70e), Tardivon (Pisu 45e), Berardi, Gentit – Pévérini, Colantonio (Przybylski 68 ), Walerczyk, Porzi – Pompermeier, Marez.

AMNÉVILLE: Keldenich – Boussena, Brunet, Gasparotto, Lempereur – Belkacem (Halima 80e), Care, Falleti, Abdelkadous – Boncœur (Sale 70e), Foti (Kempfer 75e).

Les réactions:

Christophe Granveaux, entraîneur de Veymerange: « Ce match, Amnéville l’a plié en six minutes. Malgré nos efforts, nous ne sommes pas parvenus à inverser la tendance. Que dire de plus ? »

Cédric Léonard, entraîneur d’Amnéville: « Nous avons fait deux mi-temps bien différentes. Une bonne première, durant laquelle nous marquons très rapidement, et une seconde plus délicate. Mais on a fait l’essentiel en s’imposant. »

L’essentiel de la 20ème journée:

La cure thermale. Le vent de fraîcheur dans ce championnat d’Honneur vient incontestablement d’Amnéville. Avec son buteur patenté (Billel Abdelkadous) et son jeune bataillon, Cédric Léonard réalise des prouesses, au point de figurer, ce matin, au troisième rang du classement. Le CSOA compte certes des matches d’avance sur certains concurrents mais ils n’enlèvent rien au parcours de ces garçons.

Le calvaire continue. Sarrebourg savait qu’il allait souffrir dans ce championnat mais la pilule est plus difficile à avaler quand le promu perd des matches qu’il pourrait gagner. Il en a fait l’amère expérience contre Neuves-Maisons… Veymerange vit aussi son petit calvaire de saison et voit ses espoirs de maintien s’amenuiser.

Le SFC a de la réserve. Sarreguemines a vu sa réserve s’imposer avec soulagement face à Bar-le-Duc, un concurrent direct. Si le maintien est entendu pour l’équipe première, le SFC entend aussi sauver « l’Honneur » en fin de saison. Slimani, Kennel et leurs compères ont justement fait le nécessaire ce week-end.

PARTAGER