Bousculés lors du 1er acte par des Veymerangeois volontaires, les Naboriens (en rouge) ont finalement pris le dessus en seconde période pour s'imposer largement (0-3). Photo RL
Bousculés lors du 1er acte par des Veymerangeois volontaires, les Naboriens (en rouge) ont finalement pris le dessus en seconde période pour s’imposer largement (0-3). Photo RL

VEYMERANGE – SAINT-AVOLD: 0-3. Pour Veymerange, la barre naborienne était bien trop haute.

« Redonner de l’envie ! ». C’était le message de Christophe Granveaux, coach de retour à Veymerange, avant de rencontrer la solide équipe de Saint-Avold, dauphin du leader, Lunéville. D’entrée, les Veymerangeois allaient montrer qu’ils avaient entendu l’idée, en effectuant un bon pressing sur des Naboriens pratiquant un jeu très fluide.

A l’aise techniquement, à l’image de Jordan Coignard, Saint-Avold dominait pourtant les débats, mais sans être véritablement dangereux devant Bersweiler. La première frappe digne de ce nom était d’ailleurs locale et signée Marez. Giraldo s’interposait (27e).

Cinq minutes plus tard, une erreur de relance permettait à Jordan Coignard d’ouvrir la marque (0-1, 32e ). Pour Veymerange, le coup était rude, d’autant que Di Grégorio manquait l’égalisation, suite à une sortie aventureuse du portier naborien (39e).

Juste avant le repos, une parade décisive de Bersweiler, sur une tentative de Saci, évitait, déjà, le pire à ses partenaires (44e . Partie remise seulement. Car la formation de Sébastien Ferrand allait nettement prendre le dessus par la suite.

La volonté des Verts était insuffisante et les déchets techniques bien trop nombreux. Une grossière faute défensive donnait alors à Steininger l’occasion de doubler la mise (0-2, 62e). Veymerange était sonné. Et n’avait même pas le temps de réagir, puisque, dès la minute suivante, Aït Saïd enfonçait le clou (0-3, 63e).

Le match était plié et les efforts de Veymerange, soucieux de minimiser le score, allaient être vains. Pour Granveaux, la tâche ne sera pas simple.

Le match:

VEYMERANGE – SAINT-AVOLD : 0-3 (0-1)

Stade de Thionville/Guentrange. Arbitre : M. Becker. Les buts : Jo. Coignard (32e ), Steininger (62e ), Aït Saïd (63e ).

Les équipes:

VEYMERANGE: Bersweiler, Gentit, Ranieri, Peverini, Lenert (Margouet 73e), Colantonio (Pisu 57e), Pompermeier, Chaussonnet, Di Gregorio (Guildorf 67e), Porzi, Marez.

SAINT-AVOLD: Giraldo, Fioretto, Walinski, Oguz, Jacquemin (Jé. Coignard 73e), Jo. Coignard, Steininger, Sommer (Chahb 66e), Lafraoui (Ouadah 69e), Saci, Aït Saïd.

Les réactions:

Christophe Granveaux (entraîneur de Veymerange): « Même si nous perdons ce match, je pense que nous n’avons pas à rougir. J’ai une équipe encore quelque peu malade, mais mes joueurs ont beaucoup donné et rien lâché, face à une formation qui ne sera pas loin du titre en fin de parcours. »

Sébastien Ferrand (entraîneur de Saint-Avold): « On s’impose nettement, mais sans avoir fait notre meilleur match. La course derrière Lunéville continue. Pourvu que cela dure. »

L’essentiel de la 7ème journée:

Routine. Avec Lunéville et Saint-Avold, c’est un peu toujours le même refrain. Journée après journée, ces deux équipes continuent de corriger leur monde et de dominer ce championnat. Épinal et Veymerange sont les victimes du weekend. Pour autant, il ne faudra pas négliger Magny dans cette course poursuite: les Messins restent puissamment en embuscade. Mais l’Étoile naborienne a toujours un petit match de retard sur ces deux formations.
Révolte. Tandis que les gros déroulent, des petits se rebiffent. Trémery, qui avait perdu la notice de la victoire après la première journée, a signé un chouette résultat à Jarville, quand Amnéville s’offrait également son deuxième succès de la saison sur le terrain de l’APM. Les deux clubs ont appliqué le même tarif (2-3), celui de la révolte. Au passage, il ne faisait pas bon jouer à domicile ce week-end. Personne n’a gagné à la maison…
Serré. Saint-Avold et Lunéville se tirent également la bourre chez les buteurs. Lemb (Lunéville) et Steininger (Saint-Avold) pointent à sept réalisations, talonnés par le Meurthe-et-Mosellan Duminy (6) et les Naboriens Lafraoui (5) et Coignard (4). Ce duel d’artilleurs tient aussi ses promesses.

PARTAGER