Untitled-1

Les trois équipes seniors jouaient trois matchs importants ce week-end. Au résultat, trois victoires. Mais plus que les résultats, c’est la manière qu’il faut saluer. La manière et l’attitude des verts. De tous.

Est-il vraiment nécessaire de revenir en détail sur les scores ? Je ne pense pas. Ils ont déjà été publié. La A s’impose 2-1 à Trémery, la B 3-1 contre Châtel et la C 2-0 à Sérémange. Pour la A, au vu des autres résultats de DH il était préférable de gagner car les ténors de la division ont connu quelques déboires et le fond du classement à un peu bougé. Pour la B, il fallait effacer Anzeling et reprendre les points perdus contre Châtel. Pour la C, il fallait rester au contact de Thionville dans un duel avec le troisième prétendant au titre. En quelque sorte un gros weekend dans lequel toutes les équipes ont composé avec les blessures, indisponibilités et suspensions. Dans un tel cas, on se sert les coudes et on appelle les U19 en renfort.

Au résultat, trois victoires collectives. Mais pas à 14. À plus que cela. A Trémery, les joueurs blessés et suspendus étaient venu soutenir les coéquipiers de la A derrière la main courante. De même au Buchel pour la B avec en prime la C victorieuse du matin revenue pour les soutenir l’après-midi. Sur le terrain des équipes remaniées, des défenses inédites, des milieux mis en place pour l’occasion et des gardiens inter-changés. Grosse prestation de Joffrey à Trémery qui efface son rouge pris il y a un mois sur ce même terrain en se permettant même le luxe de stopper un penalty. Enfin aujourd’hui si on peut encore appeler cela un terrain. Mike de son côté a joué avec envie le tôlier en B. On entendait sur le banc des visiteurs du Buchel « il est pas sûr le gardien les gars.. » Oui. C’est cela. Pas sûr :) Juste décontracté. Serein. Un but encaissé en fin de match et alors. A la fin, ils sont où les points? Le matin Didier fut lui aussi tout heureux de retrouver les buts de la C et de briller dans sa cage. Heureux comme un gosse à 50 ans passés.

On a parlé des joueurs absents des feuilles mais derrière la main courante, des gardiens. Que dire des remplaçants. Un match ça se gagne aussi avec un banc. Et de ce côté, la volonté d’un Gonzalez, la hargne d’un Spahic (U19 toujours au service des seniors) ou l’expérience d’un Bracco (ex-CFA2, ça se respecte quand même), la disponibilité d’un THX (même pour quelques instants) ou la présence d’un Giresse (en chausson ou en chaussure, pas facile de retrouver ses esprits après un samedi soir devant Patrick Sébastien et son cabaret) pour ne citer qu’eux et désolé si j’en oublie, ça force aussi le respect. Alors quand tous les joueurs se sentent concernés, quand les 11 de départ attaquent les matchs avec l’envie de dévorer ce qui se présente devant, quand les jeunes attaquants se rebiffent, quand les consignes sont appliquées, quand le premier quart d’heure se passe sans encombre le temps de roder les chemins préférentiels et de se placer… Alors oui dans ces conditions, Veym’ s’arrache. Et Veym’ gagne. Il aura fallu dix minutes dans ce dimanche pour que l’ostéopathe trouve son utilité sur le terrain avec Colantonio. Comme quoi il y avait aussi du boulot de ce côté là.

Alors certes Veym’ était privé de Bombino, Berardi, Guildorf, Gourier, Chiarello, Baba, Arenas, Colantonio, Da Cunha (ces deux derniers rapidement blessés en jeu)… Mais Veym’ a montré que collectivement les ressources et l’envie étaient là. Alors à tous ceux qui étaient présents sur et à coté du terrain, bravo messieurs. Et merci. La seule chose qu’on peut souhaiter, c’est que cela se reproduise le plus souvent possible. Une pensée aux femmes des coachs qui auront ce soir des maris heureux, et ça fait plaisir aussi. Très. Une récompense des investissements personnels fournis.

Dommage pour les U19 qui s’inclinent 4-2 en Gambardella chez un pensionnaire de la division supérieure mais le parcours et le match étaient intéressants. De l’expérience pour le championnat. Ça sert aussi à ça. A apprendre.

Des week-end comme cela sous le soleil, on en redemande. Les objectifs sont toujours d’actualités et ça c’est important. Mais ce que je retiendrais de ce week-end, c’est l’attitude collective. Plus que le reste, c’est LE point marquant. LE plus. Et ça fait vraiment plaisir. Vraiment. Du remplisseur de bouteilles d’eau enfermé dans le vestiaire du Buchel à la mi-temps au Président. C’est certainement cela qu’on appelle… un esprit club.

PARTAGER