20e, Porzi se présente seul devant Rincourt qui sauve Blénod. Veymerange ne sait plus marquer. Photo RL
20e, Porzi se présente seul devant Rincourt qui sauve Blénod. Veymerange ne sait plus marquer. Photo RL

Disons-le tout net comme on le pense: Veymerange a sans doute perdu, dimanche, plus qu’un match, contre Blénod (0-1): une grande partie de ses chances et de ses espoirs de maintien en Division d’Honneur.

C’est d’autant plus râlant que les Verts de Christophe Granveaux ont dominé la rencontre, se sont engagés et ont obtenu les occasions pour l’emporter. Mais la maladresse, le manque de réussite et la vista du gardien bellédonien Rincourt ont empêché les Veymerangeois de concrétiser leurs nombreuses situations.

Sans parler des demi-occasions créées sur les coups de pied arrêtés de Peverini, on a dénombré deux opportunités qui auraient dû permettre aux Verts d’ouvrir la marque avant le repos. Quand Porzi s’est présenté seul devant Rincourt (20e) puis quand une tête de Berardi a été renvoyée sur la ligne (25e). Ensuite, Guildorf aura offert à Marez un caviar dès la reprise (53e).

Veym’ aurait pu égaliser par Marez en deux occasions franches puis par Naguez sur un tir à longue portée et même par Sammartano. A chaque fois, le but sera refusé. « C’est comme ça depuis plusieurs matches. Face à Bar-le-Duc (1-1), à Sarreguemines (3-1) et dimanche, contre Blénod, nous aurions dû l’emporter mais je n’ai pas, chez moi, de Bryan Maison », dit Christophe Granveaux.

Aujourd’hui, les Verts veulent encore y croire. Mais avec plus vraisemblablement quatre relégables que trois, les chances de maintien sont minimes. Il va falloir se rendre à l’APM, à Sarrebourg, à Epinal, jouer deux fois Saint-Dié et recevoir Jarville. 18 points sont en jeu, certes, mais pour gagner et se sauver, il faut marquer des buts, c’est l’objectif quand on joue au football.

PARTAGER