Sébastien Klopp, toujours très bon sur les points chauds n’est pas parvenu, cette fois, à placer un coup de tête vainqueur. Photo RL

« Il y avait la place ». Gérald Ghezzi, l’un des deux coaches, exprime ainsi sa frustration. « Le match a basculé sur une erreur. C’est dommage de perdre là-dessus ».

En fait, pour dire le vrai, Veymerange, battu par Verdun (DHR) 0-1, n’a jamais pu emballer la rencontre, mettre le doute dans l’esprit du gardien Bourgeois et des Verdunois. « Actuellement, nous manquons d’étincelle, reprend Ghezzi. C’était mieux dans le jeu, dans l’agressivité. En face, il y avait une équipe bien en place. Mais aujourd’hui, nous pouvons avoir des regrets. Nous ne nous sommes pas créés beaucoup d’occasions, nous n’en avons pas concédé non plus ».

Le sentiment, c’est que les Verts ont manqué d’enthousiasme. De l’esprit Coupe qui, hier encore, leur permettait de se sublimer. Il leur manque un attaquant d’axe capable de percuter. Et puis, le temps passe et leurs joueurs décisifs, leurs leaders, les Klopp, Steinmetz qui relève d’une grave blessure, Da Cunha ou Marez n’avaient pas, dimanche, la grinta qu’on leur a connu en d’autres occasions. Une qualification en Coupe de France, il faut en avoir envie ensemble. Il faut aller la chercher tous ensemble. A Veymerange, ça a souvent été le cas. Dimanche, c’est à l’équipe qui la désirait le plus que le sort a souri. Un peu en dedans en championnat, un peu lasse, l’équipe de Granveaux/Ghezzi n’a pas su élever son niveau de jeu, forcer la porte d’un 6e tour qui était franchement à portée. Franchement, il y avait la place pour se qualifier.

PARTAGER