Promus en DHR, les Verts de Veymerange s’attaquent à Amnéville. On n’arrête pas le printemps.

« Dans un premier temps, on s’est dit houlà-là-là, où on va. Amnéville, c’était pour nous le plus gros poisson du bocal. Et puis, à la réflexion, on s’est dit, prenons ce tirage comme une chance, comme un cadeau ! ». Gérald Ghezzi, le jeune entraîneur Veymerangeois, a donc réuni tout son staff pour faire face. « Moi, je ne les connais que par presse interposée. Mais à ce niveau, on sait à quoi s’attendre. Avec Marques, Menai, Sahin et Steimetz, ça va déboucher de partout. Il nous faudra faire face. On va rester fidèle à nous-mêmes. On va peut-être redistribuer quelques postes pour s’ajuster à l’adversaire. Après, on va jouer. Si on veut marquer un but, on ne va pas se priver d’attaquants ».

Prendre de l’expérience

Veymerange est un cas. Le club de Marc Berardi est monté quatre fois en cinq ans. Et grosso modo, la base de l’équipe a peu varié. Le gardien Bersweiler était déjà là en District. Comme Klopp, Da Cunha, Steinmetz, Mourton ou Guildorf. Veym’ a remis du vert un peu partout. Du coup, c’est un onze très jeune que les Amnévillois vont affronter. D’ailleurs pour les plus attentifs d’entre eux, ils reconnaîtront certains minots montés en graine formés chez eux.

Gaëtan Lenert, Renaud Berardi, Mathieu Fischer sont autant de jeunes pousses à avoir profité du tremplin des 18 ans de la maison Fanzel. Le tirage les motive, leur convient. Veymerange, c’est l’avenir à Thionville. Le club bien géré, en pleine progression, s’est fait une notoriété en Coupe. D’abord en éliminant l’Algrange (CFA 2) d’Alain Happe à l’automne 2006, ensuite en s’illustrant en Coupe de Lorraine lors de la saison 2007. Cette année-là, les Verts s’étaient offert Vandœuvre (DH) en quarts puis, dans la foulée, avaient poussé Jarville, le futur vainqueur, à la séance des tirs au but. Ce jour-là, Alain Rigole avait reconnu que Veymerange aurait mérité de passer. Cette année, les partenaires de Christophe Granveaux en difficulté lors des premiers tours, ont bousculé d’un coup d’épaule Fameck, 3-3 et victoire aux tirs au but, cette fois, la fougue de la jeunesse leur permettant d’aller chercher une égalisation pas franchement usurpée au bout des arrêts de jeu de la prolongation. « On veut y croire, conclut Ghezzi. On est en progrès. Certes, il va nous manquer Tardivon et Klopp, un joueur d’impact, notre capitaine, mais ce type de match va nous faire forcément avancer ».

CS VEYMERANGE (DHR) – CSO AMNEVILLE (CFA)
5ème Tour de la Coupe de la France
Stade du Buchel, dimanche 18/10, 15H
Prix des places: 5 € – En vente à l’entrée du stade le jour-même

VENEZ NOMBREUX ENCOURAGER LES VERTS !

PARTAGER