Untitled-1

Terville sort Veym’ aux penaltys. Voilà comme ça les choses sont claires il ne reste plus que le championnat. La C passe en coupe des réserves et sert de parapluie pour le dimanche avec les U19. Le match de la B a été reporté.

Quoi dire ? La même chose que lors du dernier match de Coupe de Lorraine. Lorsque deux équipes s’affrontent, le jeu se tire vers celui de l’équipe de division inférieure si celle qui a le statut de favori n’arrive pas à rapidement débloquer le compteur but. Ce fut le cas. Ce n’est pas que les joueurs n’ont pas mouillé le maillot malgré la pluie. Globalement personne n’a rechigné à l’effort. Mike a encore passé une après-midi très tranquille pratiquement sans ballon. La défense n’a guère été embêtée. Terville aura joué très bas, souvent sous pression, en laissant un joueur en pointe très vif jouer le contre.

Les prestations individuelles n’auront pas été transcendantes. Certes. Veym’ n’aura pas été particulièrement dangereux malgré un grand nombre de coup de pieds arrêtés offensifs. Le gardien local ne sera employé qu’à deux ou trois reprises… guère plus. En gros un match verrouillé qui s’est déroulé dans un très bon état d’esprit de part et d’autre. Tout le monde a cherché à gagner dans le jeu avec ses armes.

Au bout du temps réglementaire et d’un tout petit 0-0, la série des penaltys choisira les rouges et jaunes alors que Mike sort deux penaltys. Un comble. Sous les yeux des deux coach de Veym’ et de Terville qui ont regardé ensemble cette série se terminer l’un à côté de l’autre sur le banc habituellement réservé aux délégués. Preuve du respect mutuel entre ces deux clubs. Et je ne dis pas ça car j’ai gardé les buts de la première du SC Terville il y a pratiquement 15 ans pour ma dernière saison en tant que joueur et que je prends toujours autant de plaisir à y retrouver ces mêmes joueurs avec qui j’ai évolué. Joueurs qui sont juste un peu plus vieux, tout comme moi, et passé pour certains dans l’encadrement local. Par amour du maillot. D’ailleurs nous pourrions aussi nous en inspirer… un peu plus.

Voilà… quoi dire de plus, peu de chose. Veym’ aura cherché à produire du jeu mais un peu maladroitement dans les parties finales des actions. Les joueurs se sont engagés vers le ballon, quitte à se percuter entre eux-mêmes, mais sans réellement provoquer la faille dans la défense adverse. Ensuite quand le compteur ne se débloque pas la pression de mal faire monte et la précipitation aussi. Moralité, un match qui ne restera pas dans nos mémoires. Le plus important maintenant est de se concentrer sur dimanche et Trémery. Impérativement. Tous ensemble. En groupe. Ce ne sera pas comme aujourd’hui, un match que dès ce soir on aura oublié alors que je suis certain que nos adversaires du jour dansent encore dans leur club house après avoir déplacé les enceintes du vestiaire vers le bar. Pas du tout. Il faudra partir avec le couteau entre les dents. Produire du jeu sera certes une belle chose mais cela est possible quand l’adversaire en fait de même. Là je ne suis pas certain que ce sera le cas. Moralité, il va falloir se rebeller et partir pour un combat avec un seul objectif. Trois points et rien d’autre. Seul le résultat comptera. La méthode si vous me le permettez… on s’en moquera.

De son côté, la C pouvait se permettre un score de 1-0 dans sa poule pour être qualifiée au regard de l’autre match de cette poule qui s’était déroulé le matin. Ce sera le score à la mi-temps avant que le réalisme de nos verts ne vienne sceller le sort de la partie en seconde mi-temps. 7-1 au final et une belle sortie de poule. Bravo la C pour ce passage, reste maintenant à bonifier le prochain tour. Sous la pluie froide de ce dimanche, un peu pourri, il fallait au moins entendre raisonner l’hymne des sardines pour y apporter un peu de chaleur. Une A à l’eau… une C à l’huile. Les hommes de Chacha et Giresse continuent de glisser sur les succès.

Autre hymne raisonnant dans ce dimanche d’automne, les U19 ont eux aussi entonné un chant vert. Le bénano a résonné dans l’antre du Buchel. 5-0 à la mi-temps avant de clôturer sur un 10-2. Un match sérieux de bout en bout qui permet à nos jeunes de poursuivre leur marche en avant. À poursuivre le plus longtemps possible.

Si on vide la baignoire du dimanche, on en retirera toute l’eau mais côté bébé, il n’est pas l’heure de le changer. Juste de le sécher et de lui montrer le chemin à suivre. Il y a une semaine pour cela. Et ça commence maintenant !

PARTAGER