A Amanvillers, c’est Pompermeier qui avait donné l’avantage aux siens avant que les locaux ne finissent par égaliser en fin de partie. © Photo archives RL

AMANVILLERS – VEYMERANGE: 2-2. La première grosse occasion était à l’actif des visiteurs pour Pompermeier qui manquait de peu le cadre (4e). Le début de la rencontre était offensif, mais les attaquants s’exposaient au piège du hors-jeu,. Après que Schmit était contraint de boxer la frappe de Péverini (24e), Cances pour les locaux adressait un centre sur le lequel, Maury était de peu en retard.

Le gardien local intervenait encore face à Ranieri qui avait créé le danger. Les locaux allaient ouvrir le score sur un coup franc lointain de Sollner qui surprenait Bersweiler (1-0, 37e). Il fallait une grosse erreur défensive locale pour permettre à Ranieri d’égaliser (1-1, 40e).

Dès la reprise, les locaux se montraient entreprenants par l’intermédiaire de Dambrune, qui par deux fois, aurait dû faire la différence. Puis par une action Gastrini-Stauch qui échouait de peu.

A l’heure de jeu, à la suite d’un corner, Schmit parait au plus pressé face à la pression adverse. Les visiteurs dominaient alors légèrement, et leur forcing allait être récompensé quand Pompermeier, d’une frappe placée ne laissait aucune chance au gardien local (1-2, 81e). Veymerange pensait avoir faire le plus difficile avant que Woellet, à son tour, obtînt un corner. Sur ce dernier, Sollner remisait pour Stauch qui concluait (2-2, 88e).

La rencontre aurait pu basculer quand Dambrune manquait le dernier geste face à Bersweiler. Bien qu’ayant affirmé un mieux dans le jeu, Amanvillers, devait se contenter du résultat nul, qui semble équitable.

Le match

Stade Micheletti. Mi-temps : 1-1. Arbitre: M. Domitile. Buts pour Amanvillers: Sollner (37e), Stauch (88e); pour Veymerange: Ranieri (40e), Pompermeier (81e). Avertissements à Amanvillers (59e); à Veymerange: Pompermeier (35e), Nkomo (55e).

Les réactions

Pascal Sinnig, entraîneur adjoint d’Amanvillers: « On s’est enfin rassuré avec de l’envie et de la mobilité, ce qui a permis également d’enrayer la spirale de nos mauvais résultats. Nous avons retrouvé notre jeu vers l’avant, mais également une force de caractère pour revenir au score face à une équipe qui s’est toujours montrée dangereuse et offensive ».

Joris Di Grégorio, entraîneur de Veymerange: « Nous savions que serait difficile après nos deux revers. Je pense que nous avons perdu deux points, sur des erreurs de marquage et sur coups de pied arrêtés. Nous avons fourni une bonne seconde période et on aurait dû sauvegarder le score. Malgré cela, mes joueurs se sont bien battus ».