Résultat de nombreuses années de dur labeur, Thomas Léonard peut désormais savourer sa promotion en Fédéral 1 pour la saison prochaine. ©Photo RL

Fraîchement promu en Fédéral 1, le Lorrain Thomas Léonard a été honoré, mardi, lors des dixièmes Alérions de l’arbitrage à Amnéville. Il officiera en Ligue 1 la saison prochaine.

Il est une fierté de plus pour la région qui comptait déjà deux arbitres dans l’élite du football. Thomas Léonard rejoint Benoit Bastien et Sébastien Moreira pour la saison 2017/2018. Trois arbitres lorrains en Ligue 1: du jamais vu depuis la saison 1987/1988, soit exactement trente ans !

Tout commence pour lui vingt ans en arrière. Thomas n’a que 16 ans et est licencié en tant que joueur au CS Veymerange. Un problème se pose pour la saison à venir: il n’y a que huit joueurs dans sa catégorie d’âge. Les dirigeants du club lui proposent de devenir arbitre. « Lançons-nous dans l’aventure ! », répondait alors Thomas à ses éducateurs.

Vingt ans après s’être pris pour cette passion, il ne regrette pas, bien au contraire. Il a gravi les marches petit à petit dans une fonction beaucoup plus échelonnée que pour un joueur. Il multiplie les tests lors de stages, mélange entre théorie et pratique physique. Privilégiant une approche plus psychologique, il affirme: « Pour moi, c’est le mental qui permet de performer physiquement. C’est pourquoi on se doit d’être solide dans la tête. Surtout que je n’ai pas tellement de problèmes physiques. Je suis adepte de la course et je m’entretiens très régulièrement. » Un physique hors pair qui doit tout de même se reposer de temps en temps.

La saison vient de se terminer et il repart déjà pour un stage le 24 juin prochain. « Tout me tombe sur la tête ces derniers jours et je suis très sollicité. La saison a été longue pour moi et je vais prendre un peu de repos. » Le Messin va pouvoir profiter en famille, après avoir partagé « une bouffe avec les collègues arbitres » ce mercredi.

« Redonner au foot ce qu’il me donne »

Un rythme de vie exigeant qui l’écarte régulièrement de son domicile et de sa femme. « J’ai en tête qu’il existe trois piliers dans ma vie: ma famille, mes amis et l’arbitrage. Et si l’un d’eux tombe, c’est négatif pour les autres. C’est pour ça que des repas comme celui de mercredi sont importants. Mais en même temps, je ne suis pas avec ma femme une soirée de plus, c’est donc c’est difficile à gérer, Heureusement, elle est très compréhensive. »

Un rythme intense qui se poursuivra la saison prochaine mais qui ne l’effraie pas. Ce jeune arbitre de 35 ans veut marcher sur les traces de son modèle, Benoit Bastien, qui était présent lors de la soirée. « Benoit c’est le boss, la référence. On a fait partie de la même promotion d’arbitre en CFA. Ce qu’on aime, c’est transmettre et sortir des jeunes talentueux. J’ai formé beaucoup de jeunes de la soirée des Alérions. Je souhaite redonner au foot ce qu’il me donne. »

PARTAGER