Untitled-1

Énorme dimanche au Buchel pour la suite de ce formidable long week-end initié par les U10/11, poursuivi par les gardiens U11/U13 et qui se clôture avec les U17-2 et les 3 équipes seniors. Apothéose Soderberghesque et recadrage. Mais ce recadrage n’est pas cinématographique lui.

De Steven Soderbergh à coach Chris/Gégé il n’y a qu’un pas. Et un but à la dernière seconde d’un coup d’oreille magique. Mais nous y reviendrons plus tard.

Prenons les faits par ordre chronologique. Ce sont les U17-2 qui ouvrent le bal ce dimanche matin en coupe de réserves U17/18 en recevant Saint-Avold. Depuis plusieurs semaines, nos jeunes montrent une envie farouche de jouer tous les matchs peu importe les conditions et comme dans toutes les belles histoires cela finit par payer. Au terme d’un match serré contre Saint-A’ venu en sous-effectif, nos jeunes ne s’en sont pas fait prier. Chassé-croisé au niveau du score pendant la rencontre mais au final ils l’emportent 3-2 et rejoignent l’APM Metz, Guénange et Trémery en demi-finale. Bravo les jeunes. L’effet U10/U11 continue. Une victoire avec coach Chris (un de plus) qui fait plaisir à voir. Nous sommes vraiment fiers de vous.

Dans le même temps la C se déplaçait. Petite balade entre amis avec tous les ingrédients pour passer un bon dimanche à Algrange. Un terrain sablonneux et de l’eau. On se croirait à la plage. Mais juste en fermant un peu les yeux. Pour le reste le travail est fait, victoire 6-4. Il n’y a guère plus de suspense dans ce championnat mais pour le plaisir de se retrouver, tout est là. A la conclusion, le dimanche vert continue et 2ème victoire au compteur. Celui des buts marqués tourne quant à lui à plein régime. Bien joué.

Quelques instants plus tard, c’est au tour de la B d’entrer en piste au Buchel à la suite des U17-2. Le synthétique est chaud d’une victoire et de buts. La B n’y fait pas exception. Intégrations de U19/20 pour aider cette équipe qui a dû prêter main forte en effectif à la A, l’alchimie fonctionne toujours. Il reste une toute petite chance pour le titre alors il faut la jouer. Jusqu’au bout. Sans regrets aucun. Et comme la semaine dernière le compteur but va aussi tourner à plein régime. Au terme de la première mi-temps le score est de 2-0, toutefois la seconde mi-temps sera fatale à Boulange. Au résultat 7-0 avec un triplé de Ludo (dont un corner direct de l’extérieur… pas facile à faire) en accompagnement des buts de David, Romain, Benet’ et Youssef. Meilleur attaque du groupe. Quoi dire de plus ? Bravo. Et le week-end de rêve se poursuit grâce à vous. A tous les verts de coach Pat. Et vous avez remarqué, ce week-end je ne me suis pas fait reprendre par l’arbitre ! Vous me direz c’est normal, je n’étais pas sur le banc et vu ce que je me suis pris pour cette petite remontrance à Hettange entre lundi soir et dimanche… :) bande de cafteurs. Je ne compte pas le nombre de fois où le référent arbitre l’a entendu. Gaby ne risquait pas de l’éviter celle-là. Et autre bonne nouvelle ce dimanche, Romain n’a pas perdu de dent sur le terrain. Normal, les dents ne repoussent pas sur le synthétique.

15H00. Entrée sur le terrain de la A face à Jarville. Le calcul est simple. Pour Veym’, iI faut gagner afin de ne pas se retrouver en difficulté pendant les derniers matchs car c’est plus que serré en bas de classement avec le grand retour (annoncé) de l’APM Metz (futur finaliste… et certainement vainqueur de la Coupe de Lorraine, mais ce n’est que mon avis). Pour Jarville, il faut gagner pour continuer à croire en la victoire en championnat. Un choc des extrêmes avec en arrière pensée pour tout le monde la victoire du samedi de Lunéville 3-0 contre Neuves-Maisons et la défaite de Forbach à Magny 2-1. Bref un championnat indécis qui est tout autant intéressant en haut qu’en bas. Alors au moment où l’infirmerie de Veym’ affiche complet, c’est un énorme match que les verts doivent disputer pour mettre en échec cette équipe rouge qui vient pour s’imposer. Un nul n’arrange absolument personne. Aux commandes coach Chris/Gégé mettent en place un système équilibré pour contrer le 4ème du classement (dans ce championnat ça se respecte un 4ème) et faire un coup. Il se sent arriver depuis quelque temps ce coup avec un gros. Et puis avec ce dimanche de feu… on se dit pourquoi pas ! Le soleil fait lui aussi son apparition juste avant le coup de sifflet initial. Un autre signe indien.

J’avais annoncé un recadrage qui n’est pas cinématographique. Je vais le faire tout de suite avant d’entrer dans le reste du match. Il est en direction des supporters, de certains supporters qui se reconnaîtront. Si c’est pour venir soit disant supporter Veymerange derrière la main courante mais passer son temps à critiquer nos verts et le coach sur leur style de jeu ou les performances individuelles, chers amis, vous pouvez rester chez vous. Je crois que c’est assez clair, direct et franc. Je vous le dit du fond du cœur comme je le pense. A Veym’ on se bat tous dans le même sens, les jours où ça rigole (sans jeu de mot avec les locaux du jour) et les jours où ça pleure. On s’aide, on s’encourage, on s’appuie. C’est ça Veym’. Et j’y suis depuis suffisamment longtemps pour pouvoir me permettre ce genre de commentaire. N’oubliez pas l’infirmerie, ce groupe qui arrive de DHR, les adversaires bien rodés à cette division, les joueurs qui jouent où on leur demande pour rendre service à l’équipe. Oui par exemple nous avions une charnière inédite aujourd’hui. Et alors ! Vous savez quoi ? Moi j’envoie une salve de pensées et de remerciements à Pévé. Parce qu’honnêtement, il s’est sacrifié aujourd’hui pour les besoins de l’équipe pendant 94 minutes et je me moque de sa performance individuelle ou d’une transversale ratée en début de match. C’est son état d’esprit que je remercie. C’est ça le plus important. Et cela vaut pour tout les autres joueurs de la feuille de match. Sans exception.

Début de match équilibré et sur une de ses premières actions, Veym’ marque un but plein d’opportunisme. Il ne fallait pas arriver trop en retard. Jarville qui n’est pas rentré pieds au plancher dans le match est un peu cueilli à froid et pour un deuxième week-end consécutif nos verts marquent rapidement. 1-0. C’est le score à la mi-temps dans un match avec une légère domination des visiteurs. Toutefois on sent bien que s’ils décident d’accélérer… le danger peut arriver très très vite. Mike doit de plus s’employer dans les airs pour rester maître de son espace. Quelques chocs engagés, mais réguliers, montrent une légère tension dans cette rencontre bien prise en main par le trio arbitral venu de Reims pour l’occasion. Et ce sera le cas sur l’ensemble de la rencontre. Pendant la mi-temps les commentaires vont bon train. Et si c’était aujourd’hui le bon coup ! Pourquoi pas. Personne n’entend le commentaire fait par le coach de Jarville dans le vestiaire mais il doit lui aussi être clair, direct et franc. En tout cas les verts vont vite en avoir la preuve.

Dès l’entame de la seconde période, Jarville pousse. Le scénario du film du jour se met en place. Après plusieurs grosses occasions, Jarville fini par recoller au score. Mérité sur l’ensemble de leur prestation même si Mike s’évertue à repousser les efforts des visiteurs. Comme je le disais, un nul n’arrange personne alors Jarville retourne à l’assaut… laissant la porte ouverte aux traditionnels contres. Les remplacements se déroulent pour apporter du sang frais de part et d’autre avec d’énormes dépenses d’énergie pour contenir les assauts répétés des rouges dans toutes les lignes. Veym’ souffre mais ne rompt pas. On se dit que le match peu basculer d’un sens comme dans l’autre. Finalement Veym’ s’offre deux énormes occasions. La première termine au Bureau pour les traditionnelles côtelettes de ballon et la seconde juste au dessus de la barre. Assez pour que le Président continue les 100 pas autour du stade après avoir déserté la tribune présidentielle du virage de droite et que le cardio du coach ne redescende pas. Les minutes s’égrainent et finalement au regard du jeu un nul n’est vraiment pas une mauvaise affaire. Les secondes sont des éternités.

Pourtant pas aujourd’hui, le nul n’est pas pour aujourd’hui. Il était écrit que ce week-end serait grand de vert. Pas au stade du Buchel devenu pour les besoins de la cause le Las Vegas d’un remake d’Ocean’s Thirteen. Le casse du week-end. 94ème minute, dernière action. Dernier coup franc à 30 mètre. La Mèche à la frappe. Rien que ça déjà c’est un moment d’exception. Normal Antho n’est pas là pour le frapper. C’est vrai ça. Il est où Antho ? Perdu dans le paquet de joueurs alignés sur les 16m50 adverses. La frappe monte et se laisse porter par le vent pour tomber dans la surface adverse. A la réception, Antho et son oreille magique. Une tête retournée, ou plutôt une tête de l’oreille, et le ballon s’envole haut. Très haut. Le gardien sur ses appuis ne fait que lire la trajectoire. Elle plonge dans la lucarne opposée et les filets accueillent bientôt ce ballon providentiel. Fou de joie, le groupe explose et se propulse, Antho en tête, vers la tribune présidentielle largement occupée par la B. Énorme. Les supporters exultent en même temps. Scénario fou à la relecture de ce match. Jarville n’en revient pas. Ils viennent peut être de voir s’éloigner le titre sur ce dernier ballon tant dis que Veymerange engrange 3 points providentiels. Le jeu ne reprendra pas. L’arbitre siffle les 3 coups de la fin du match dans un énorme moment de joie collectif.

Ce soir le maintient dans ce groupe se joue mathématiquement du 6ème (Saint Dié avec 30 points) au 13ème (APM Metz avec 22 points) à 3 matchs de la fin pendant que Lunéville et Forbach sont bien partis pour s’arracher le titre. Que c’est difficile. Mais après un tel week-end, on se dit que c’est possible. Qu’avec encore un effort c’est possible. Et qu’il ne faut pas craquer. Pas maintenant. Qu’il faut rester fort dans la tête. Dans le groupe. Jusqu’au bout. La DH, ça se mérite avant de s’apprécier. C’est le prix. Bravo les verts. Bravo à tous. Dans toutes les catégories.