Veymerange a réussi là où tous les autres avaient échoué avant lui. Cruelle fin de match en vérité pour le leader invaincu en onze confrontations. Rien, en effet, ne laissait présager pareille issue. Surtout pas la première mi-temps, dont le seul moment fort fut un centre du Veymerangeois Porzi que Steinmetz (40e) ne parvint qu’à effleurer de la pointe. Coïncidant avec l’entrée en jeu de Djilalli Bekaddour et sous l’impulsion notamment de Souilah, la deuxième mi-temps permit de découvrir un leader plus percutant à défaut d’être réaliste comme sur ces actions de Souilah (52e), Merdjett (64e) ou encore cette tentative de la tête de Bekaddour (66e).

Les locaux restaient toutefois à l’affût et se voyaient même refuser l’ouverture du score pour un hors-jeu de Steinmetz (72e). On commençait donc à se faire à l’idée d’un score vierge que l’insolente réussite finale des locaux allait complètement remettre en question. Les dernières secondes du temps réglementaire s’égrenaient en effet lorsque Bombino délivrait un centre que Steinmetz exploitait de la tête (1-0, 86e). C’était l’euphorie dans le camp Veymerangeois où après les congratulations, on repartait à l’abordage avec à la clé, un second but, œuvre de Guildorf (90e) consécutif à une sollicitation de Klopp.

VEYMERANGE – ROMBAS: 2-0 (0-0)
Stade du Buchel (synthétique). Une centaine de spectateurs. Arbitre: M. Naude (Porcelette). Buts: Steinmetz (86e), Guildorf (90e).

Les réactions:

Gérald Ghezzi, entraîneur de Veymerange: « On avait décidé de résister le plus longtemps possible et ça nous a souri. C’est la confirmation d’une bonne série ».

Omar Ali, entraîneur de Rombas: « Notre domination est restée stérile car nous nous sommes heurtés à un mur. Leurs contres ont fait la différence ».

PARTAGER