Les Yussois, autour de leur capitaine Christophe Dann, sont parvenus à faire chuter Veymerange. Photo RL

La vista du gardien des Bleus Gonzalez ainsi qu’un coup de patte millimétré d’Ayache Mahboubi ont offert la victoire à des Yussois combatifs.

Veymerange peut nourrir des regrets. En une semaine, les Verts auront perdu deux derbys qu’ils auront pourtant dominés. Mais un manque de réalisme patent et quelques erreurs ont finalement hypothéqué leur début de saison.

Ce week-end contre Yutz, si John Cardone était le premier en action et alertait sèchement Bersweiler (2e), c’est sur le but de Gonzalez que la pression montait. Mais, hier, serein, parfait, le gardien des Bleus était imbattable.

Plus compact, Veymerange s’installait dans le camp des Yussois réduits à conduire quelques bons contres, encore par Cardone (18e), Delgado (21e) ou Vedel (34e). Gonzalez allait réussir deux exploits consécutifs devant Marez puis Boudabi (40e). Et Yutz rentrait aux vestiaires avait l’espoir chevillé au corps.

Le gardien Yussois continuait son festival dès la reprise devant Falchi, devant Marez. Et Yutz tenait bon, bien groupé autour de sa charnière Caron-Labate, s’appuyant sur la force d’impact de son capitaine Dann.

Sur un nuage

Il faut dire que les visiteurs s’embrouillaient dans leurs idées et manquaient de force de percussion. Et puis, Klopp, l’expérimenté, se faisait prendre dans les pieds un ballon par Mahboubi qui pressait haut, le milieu de terrain Yussois levait alors la tête et délivrait du pied gauche, de vingt-cinq mètres, un amour de petit lob millimétré qui allait envoyer Yutz sur un nuage.

Sur la fin de la rencontre, les locaux gâchaient quelques superbes contres alors que les Thionvillois se jetaient sur le but de Gonzalez sans réflexion.

Les réactions:

Michel Deza (entraîneur de Yutz): « Nous étions privés de plusieurs joueurs importants. Mais nous avons fait front et su aller chercher la victoire. Les trois points vont nous faire un bien fou. Bravo aux garçons. »

Daniel Poulet (entraîneur de Veymerange): « Une nouvelle fois, nous maîtrisons le match avant de donner en cadeau la balle du but adverse. Une nouvelle fois, comme devant Thionville, nous avons manqué de réalisme offensif. »

PARTAGER