Même si les Bleu et Or se refusent de l’envisager, Thionville FC devrait jouer, la saison prochaine, en Division d’Honneur. Il pourrait alors y retrouver Veymerange, Vert comme l’espoir et la fraîcheur.

On le dit souvent, en parodiant le philosophe : « L’enfer, c’est les nôtres ». L’hypothèse développée ci-dessous ne plaira pas à tous, mais elle n’est pas si farfelue que ça. Et si, demain, Thionville changeait d’histoire ? Et si, demain, Bleu et or Thionvillois et Verts Veymerangeois se retrouvaient face à face pour un derby de DH ? Le week-end qui vient de s’écouler a donné du crédit à la supposition. Thionville FC va mal. Et si le jeu va mieux, ce n’est pas le match nul ramené de Saint-Dié (1-1), qui peut nous faire croire au maintien. A dix journées de la fin, faut-il le redire, Thionville est dernier avec 6 points de moins que les Vosgiens, toujours 6 à reprendre à Sarre-Union et 9 à combler sur Neuves-Maisons, tous relégables. Le maintien est donc à 11 points.

Un rêve ? Une utopie ? D’autant que le calendrier à venir réserve aux Bleus et or de Brusco le meilleur de la division. Mercredi, ce sera Pontarlier (6e avec 47 points) qui se présentera à Guentrange (18 h). Quand de toute la saison, on n’a gagné que deux rencontres, et ce, le 29 août, à domicile, devant Saint-Dié (4-1), et le 5 septembre, à Illzach (1-2), ce ne sont pas les six matches nuls et les quelques bonnes prestations récentes qui changent la donne. Il faut s’y faire. Thionville va redescendre en Division d’Honneur. Pour y retrouver ou Yutz ou Veymerange. Hier, les U19 thionvillois se sont acquittés de la charge qui leur était confiée : qualifier le club en Coupe de Lorraine.

Si ce sont les Verts qui gagnent le gros lot, se posera alors la question d’une subvention à partager. Veym’ suit son petit bonhomme de chemin. Avec ses idées, ses joueurs, sa bonne ambiance et son jeune président qui se tait et travaille. « Je n’aimerais pas me retrouver trop vite devant pareil cas de figure », avoue Gérald Ghezzi, un entraîneur pondéré, intelligent et qui prend tous les paramètres en compte. Mais avec son club qui ne cesse de grandir, sa pépinière de mômes et son équipe première que rien n’arrête, Veym’ s’est offert le droit de rêver. Vendredi, devant une belle chambrée, Klopp et les siens ont livré le match qu’il fallait pour battre Homécourt (2-1). « On a pris les cadeaux qu’on nous faisait et on a réussi un match solide », dit Ghezzi. Porzi d’une jolie volée et Klopp en renard des surfaces auront piégé Homécourt qui aurait pu revendiquer le nul. Mais c’est ainsi. Granveaux a joué les vigies, Bombino arrêté tout ce qui venait, Tardivon relancé sans relâche et Da Cunha cavalé de tous côtés. Veym’ s’est acheté le droit d’y croire. La saison prochaine aura-t-on Thionville contre Thionville comme au cinéma il y a eu, en son temps, Kramer contre Kramer ?

PARTAGER