Veymerange s’est donné de l’air en décrochant son quatrième succès de la saison aux dépens de Fameck. Dès l’entame, le jeu était animé et spectaculaire. Les deux équipes s’engageaient à fond et alertaient à tour de rôle les gardiens. Les Veymerangeois, qui restaient sur un match nul à domicile face à Homécourt, allaient trouver les premiers l’ouverture: le coup franc excentré tiré par Steinmetz était repris victorieusement de la tête par le capitaine, Tardivon (1-0, 27e). Deux minutes plus tard, les Fameckois répliquaient. La frappe de l’entraîneur-joueur, Barkat, qui évoluait en pointe, trompait Bersweiler, le gardien local, et signait une égalisation méritée. Juste avant la pause, les locaux, par l’intermédiaire de Benetazzo, semaient la panique devant le but de Medri, tout heureux de voir le ballon échouer sur le poteau.

Au retour des vestiaires, les Fameckois portaient le danger devant le but des locaux. Une première fois par Priolo qui, de la tête, mettait à contribution Bersweiler, puis sur deux corners. Les Veymerangeois se cherchaient et trouvaient enfin le bonheur. Sur leur premier corner obtenu en seconde période, Bombino déviait la balle hors de portée de Medri pour donner l’avantage à son équipe (2-1, 72e). Les joueurs Fameckois ne se laissaient pas abattre et repartaient de l’avant dans l’espoir de regagner les vestiaires avec le point du match nul, mais, malheureusement pour eux, le physique ne suivait plus. Quant aux Veymerangeois, ils commençaient à gérer pour finalement savourer cette précieuse victoire.

VEYMERANGE – FAMECK : 2-1 (1-1)
Arbitre: M. Guillaume Muller. Buts pour Veymerange: Tardivon (27e), Bombino (72e); pour Fameck: Barkat (29e).

Les réactions:

Gérald Ghezzi, entraîneur de Veymerange: « Cette victoire, c’est notre cadeau de Noël. Il nous la fallait. Le groupe dédie ce résultat à Christophe Granveaux qui n’a pas pu se libérer de ses obligations ».

Yacine Barkat, entraîneur de Fameck: « Le match était à notre portée, mais il nous a manqué de la fraîcheur en fin de rencontre. La trêve est la bienvenue. Nous aurons récupéré nos cinq blessés ».

PARTAGER