Dans le vestiaire Veymerangeois, c’est la fête à Joffrey Gelebiowski. Le tout jeune remplaçant de Mike Bersweiler, suspendu, vient de qualifier les Verts qui jouaient en rouge, hier, en sortant les tirs aux buts de Maameri et Akab.

Pourtant, Gelebiowski n’avait pas toujours été à la fête, dans ce qui était une vraie partie de Coupe très engagée. Ainsi, il n’avait pu esquisser la moindre réaction sur le corner distillé par Albertini pour la tête décroisée de Da Cruz. Si Fameck méritait son avantage, Veymerange restait dans le match, loupant une belle occasion par Mourton et échappant au pire deux minutes après l’ouverture du score quand la tête de Medina touchait l’équerre du but Thionvillois. Ne lâchant rien, la jeune garde locale revenait même dans la partie sur un coup franc de Steinmetz repris comme à la parade par Marez (38e), très actif. A la pause, le derby tenait toutes ses promesses. Et la deuxième période commençait par un coup de théâtre : un corner direct de Steinmetz mal jugé par Fortes.
Mais les protégés de Ghezzi commettaient l’erreur de reculer et, Fameck, sous l’impulsion d’un brillant Kika Maameri, les mettait au supplice.

Fameck à la faute

Youcef Bettahar avait rééquilibré son équipe et cherché à lui redonner du mordant. Comme Da Cruz était dans un grand jour, c’est le grand n°9 des Bleus Fameckois qui envoyait un temps Veymerange en enfer. D’abord, en reprenant d’une superbe volée du pied gauche un centre venu de la gauche, ensuite en ne laissant aucune chance à Gelebiowski sur une ouverture de l’inévitable Maameri.
Mais alors qu’ils semblaient tenir leur succès, les Fameckois se mettaient à la faute dans les arrêts de jeu encaissant par Guildorf un but stupide. Tout était à refaire et la prolongation tournait à l’avantage de Veymerange, Guildorf laissant échapper le but de la victoire (115e) sur un caviar de Steinmetz. Les tirs au but allaient cependant appartenir à Gelebiowski. C’était son jour, c’était sa fête.

PARTAGER