Avec quatre montées en cinq ans, Veymerange est en pleine crise de croissance. Les Verts aux mains de Gérald Ghezzi font leurs débuts à domicile face à Boulay, relégué de Division d’Honneur.

On n’arrête plus Veymerange comme on n’arrête pas le printemps. A l’image des lotissements qui poussent comme des champignons dans un quartier tout neuf, l’équipe de football grandit. Quatre accessions en cinq ans, de remarquables parcours en Coupe de France et de Lorraine et, aujourd’hui, une équipe réserve qui vient d’accéder au sommet du District. Veymerange s’appuie sur sa formation, ne se prend pas pour une autre et avance. Le plus étonnant, c’est qu’on retrouve nombre de joueurs comme Bersweiler, le gardien, la paire Steinmetz-Klopp et quelques autres à avoir débuté l’aventure en championnat de District… Cette année, Abel Bouziouane a passé la main. A qui ? A Gérald Ghezzi, Veymerangeois de toujours ou presque. Le premier est revenu sans heurt à la formation que le second a quittée après cinq années passées au chevet des 15 ans. Et la philosophie ne change pas. Ghezzi va s’appuyer sur les cadres et faire confiance à la jeunesse du cru.

Malheureusement, les débuts ont été marqués par les blessures. « Actuellement, sept joueurs du collectif de l’équipe première sont indisponibles. Le plus grave c’est qu’en ce moment, je ne peux compter ni sur Granveaux (fracture d’un métacarpe), ni sur Da Cunha qui souffre d’une entorse, ni sur Daul (cheville), ni sur Lénert (côte fêlée). Ça fait beaucoup si on ajoute le jeune Chaussonnet, un 18 ans qui avait fait des débuts remarqués », relève Ghezzi. C’est toute une défense qui a fait défaut à Manom, dimanche dernier, en Coupe de France (3-2). « J’avais dû faire du dépassement de fonction en mettant des attaquants derrière, nous l’avons payé cash, explique le coach. Il faut rendre hommage à Manom. Nous sommes passés par la petite porte grâce à trois buts de notre jeune attaquant Fischer, un vif-argent, qui arrive d’Amnéville ».

Qu’attend-on chez les Verts du championnat de DHR qui débute demain ? « J’espère qu’on sera capable de jouer plus que le maintien, lance Ghezzi. Au complet, nous aurons les moyens de lutter avec les meilleurs. Même si pendant un mois, le temps que nous retrouvions un effectif normal, nous risquons de payer les pots cassés ». De l’avis unanime, le groupe est équilibré, chacun pouvant battre tout le monde. Saint-Avold, Yutz et Florange, Creutzwald qui l’an passé a payé son aventure de la Coupe, mais aussi Hagondange semblent être en mesure de donner le ton. Que vaudra Boulay, qui a perdu des joueurs, Sarrebourg qui change de groupe ou Hayange qui a beaucoup souffert l’an passé ? On ne va pas tarder à le savoir. Veym’ aimerait engranger ses trois premiers points face à Boulay. Ghezzi déplore la blessure de Berardi ou la maladie de Guildorf et se laisse encore du temps pour composer avec Bersweiler, Wingler ou Stochmel, Gruhn ou Bombino, Tardivon, Pezin, Salier, Mourton, Marez, Klopp, Steinmetz, Fischer et Porzi.

Stade du Buchel, dimanche, 15h

PARTAGER