Promu et néanmoins leader en DHR: Veymerange se surprend lui-même. Coup de projecteur avec l’entraîneur, Gérald Ghezzi.

La semaine passée, le vent et la tempête ont renvoyé leur confrontation à une date ultérieure. Ce week-end, Veymerange et Yutz entameront donc leur premier match officiel de l’année dans un costume de leader qu’ils partagent depuis la dernière journée de championnat, en l’occurrence depuis le 29 novembre 2009. Autant dire un bail ! D’où, sans doute, le doute perceptible dans les propos de Gérald Ghezzi, l’entraîneur Veymerangeois : « Où en sommes-nous ? Je me le demande. Je crois que c’est une nouvelle saison qui commence.» L’ancienne mérite qu’on s’y attarde.

Avec vingt et un points au compteur, autant que Yutz, qu’il devance grâce à une meilleure différence de buts, Veymerange, promu, a livré une entrée en matière rarissime sur le terrain de la Division d’honneur régionale. « On s’est surpris nous-mêmes. Au début, nous avancions sur la pointe des pieds. Les joueurs et moi comptions les points pour le maintien. Aujourd’hui… » Aujourd’hui, les Mosellans avancent avec leur lettre de candidature pour l’élite régionale sous le coude. Impossible de nier l’ambition.

Nommé à la tête de l’équipe première en début de saison, après s’être occupé des U17, Gérald Ghezzi a découvert un groupe « sain et des éléments présentant une bonne qualité technique. Nous n’avons même pas recruté. Enfin si, mais nos moyens financiers étant ce qu’ils sont, ce sont les joueurs eux-mêmes qui sont venus à nous. »

« Je ne sais pas si ce serait sain »

Expliquer la réussite ? L’entraîneur a quelques éléments de réponse: la présence et l’engagement au sein du club de « gens passionnés », le terrain synthétique qui a rendu la structure attrayante. « Nous avons aussi de bonnes équipes de jeunes. » Une vraie pépinière de talents.

L‘ombre toute proche du grand voisin, le FC Thionville, n’a pas empêché Veymerange de renaître. Reste qu’aux yeux de Ghezzi, Thionville reste « LE club de la ville. » Les difficultés actuelles rencontrées par ce dernier en CFA2, et la réussite de Veymerange, laissent pourtant planer la perspective de retrouvailles, la saison prochaine en DH. « Mais je ne sais pas si ce serait sain, souligne l’entraîneur Veymerangeois. Au fond, je ne souhaite pas que cela se produise. »

Auteur de quatre accessions lors des cinq dernières saisons, Veymerange se refuserait-il à la Division d’honneur ? « Non, évidemment, mais il faudrait voir si nous pourrions supporter les frais que cela impliquerait… Et puis nous n’en sommes pas là. » Effectivement. Samedi, le leader est attendu à Saint-Avold. Où il débutera sa nouvelle saison. Il avait quitté l’ancienne sur une série de cinq victoires consécutives.

PARTAGER