Greg Tardivon (à gauche). Photo RL
Greg Tardivon (à gauche). Photo RL

Le capitaine de Veymerange (DH) est un joueur hors normes, le pilier de la forteresse Thionvilloise ainsi qu’un joueur de club grand format. Plus vert que vert !

Greg Tardivon, trente ans, cette saison. Un physique d’échassier (1,90 m). Un joueur de tête et de tête chercheuse dans tous les sens du terme. Plus que tout, un exemple d’équipier avant d’être un capitaine de haut vol.

Tardivon a été formé dans la maison d’en face. Au Thionville FC jusqu’à quinze ans, avant de faire toute sa carrière chez les Verts de Veymerange. À lui seul, il résume même toute l’ascension d’un club qui après avoir connu la DHR, au siècle dernier, sera reparti de PPD pour atteindre le plus haut niveau lorrain aujourd’hui.

Tardivon, c’est la clé du coffre-fort du CSVE. Un joueur imprenable en l’air, spécialiste des buts sur coups de pied arrêtés, tour de défense imprenable autrement. « J’ai marqué à quatre reprises, la saison dernière, mais, désormais, je suis surveillé de près et mon coach me dit que je vieillis ». Si Veymerange est aujourd’hui installé à la cinquième place du classement avec quatorze points pour trois victoires et cinq nuls, et n’a concédé comme Pagny, le leader, que trois buts en neuf rencontres de championnat, c’est en grande partie à son discret capitaine qu’il le doit.

Prêt à voler dans toutes les plumes

Et quand l’albatros n’est pas là pour planer au cœur du dispositif mis en place par l’architecte Granveaux, ça se voit. « Chez nous, le système est solidaire. Tout repose depuis toujours sur notre aptitude à ne pas prendre de but, explique cap’tain Tardiv’. Cette saison, nous en sommes, depuis dimanche, à Neuves-Maisons, à notre quatrième match nul et vierge. Et nous n’avons encaissé des buts que face à Saint-Avold, Pagny et Trémery. Chez nous, tous les joueurs sont impliqués. Hugo Dugrillon, notre belle recrue, l’a vite compris et s’est mis de suite au diapason. »

Non, le géant vert ne tirera jamais la couverture à lui: « Veym’ c’est un système collectif et interchangeable. Renaud Bérardi s’est blessé pour la saison (genou) mais Pévérini a sauté dans la brèche. Ça m’embête que Renaud ne soit plus là parce que c’est mon complément idéal, mais c’est comme ça. Le système est premier. Tenez, nous avons intégré cette saison deux joueurs qui viennent de District, Vadala et Ranieri. Qui peut dire à quel niveau ils évoluaient, l’an dernier ? »

Veym’ est en avance sur son tableau de marche. « L’année passée, nous avions treize points à la trêve de Noël, il nous reste Verdun, Bar-le-Duc, Jarville et Épinal à jouer et nous en avons déjà engrangé quatorze. Le maintien, c’est bien parti ! » Parole de chef.

PARTAGER