Kévin Gentit s’apprête à embrasser Guildorf, les buteurs du derby sont réunis. Veymerange est champion. Photo RL
Kévin Gentit s’apprête à embrasser Guildorf, les buteurs du derby sont réunis. Veymerange est champion. Photo RL

Veymerange (DHR) s’est imposé en champion dans le derby contre Thionville. Retour avec l’entraîneur Granveaux avant la demi-finale de Coupe.

Christophe Granveaux, Veymerange est donc enfin champion. « On était attendu par Thionville. C’était une question de suprématie locale. Il nous fallait un point et la partie (1-2) a été compliquée. Nous sommes sur le grill depuis six ou sept matches. Physiquement et psychologiquement, c’est compliqué mais, une nouvelle fois, les joueurs ont été au rendez-vous. »

C’est une belle façon de fêter les 20 ans du club… « Il y a 20 ans, Veymerange jouait en DH avant de dégringoler les étages et de repartir en PPD. On a travaillé. Ça paie car il y a des joueurs ( Steinmetz, Klopp, Guildorf ) qui jouaient encore en District au début de l’aventure. C’est pourquoi le but de Guildorf, qui nous donne la victoire dimanche, est symbolique d’une politique. »

Après cinq matches, vous étiez derniers avec un point et aucun but marqué. Curieuse saison, non ? « On ne pouvait pas faire pire. A ce moment-là, Homécourt était en tête avec dix points. On était content du 0-0 qu’on avait fait contre eux. Voyez comme est le foot. Aujourd’hui, nous sommes champions avec 44 points et 35 buts marqués pour 14 encaissés et Homécourt descend avec 23 points ! Le déclic a été notre victoire à Trémery 2-3. Ce jour-là, nous avons mené 2-0 avant de nous faire reprendre et de nous imposer à la fin sur un penalty de Porzi (85e ). C’était parti. »

Un peu avant ce match, Gérald Ghezzi est venu vous rejoindre. Avec Daniel Poulet, vous avez géré l’équipe à trois. Original… « J’avais besoin d’être soutenu. Gérald est rassurant. Il s’est occupé du relationnel avec les joueurs. A trois, quand on s’entend, on est plus intelligent ! »

« Notre force c’est le groupe »

Votre rayon, c’est la tactique. Ancien libero de l’équipe, vous insistez sur la défense… « On joue en bloc. Pour gagner, il faut d’abord être solide. Chez nous, le premier défenseur, c’est Porzi, le premier attaquant. Notre force, c’est le groupe, et un groupe élargi. »

Il y a eu des révélations individuelles, cette année, à commencer par votre gardien Bersweiler ? « Effectivement. Il est en équipe de Lorraine en jouant en DHR. Ensuite, on a vu Renaud Berardi, Kévin Gentit et Mathieu Kiffert s’affirmer. Ils ont tous autour de vingt ans. »

Que vous faudra-t-il pour tenir en DH ? « On va encore sortir des jeunes comme Allan Gonzalez. Et puis, il nous faudrait recruter un milieu qui tienne le ballon en position haute et un marqueur de but. Vous en connaissez un ? »

Demain soir (19H), vous jouez une demi-finale de Coupe de Lorraine contre Villerupt. Vous rêvez du doublé ? « C’est du bonus. Mes joueurs veulent aller au bout ! »

PARTAGER