Mickaël Bersweiler, le portier de Veymerange n’a pas eu trop l’occasion de s’exprimer durant ce match où les défenseurs ont pris le pas sur les attaquants. Photo RL
Mickaël Bersweiler, le portier de Veymerange n’a pas eu trop l’occasion de s’exprimer durant ce match où les défenseurs ont pris le pas sur les attaquants. Photo RL

La rencontre devait être explosive, elle n’aura été finalement qu’un pétard mouillé. Respectivement deuxième et troisième du championnat, Veymerange et Yutz se sont neutralisés en faisant match nul 0-0.

La montagne a accouché d’une souris. Le choc attendu entre les deux poursuivants directs du leader Farébersviller n’a pas eu lieu. Au final, Veyremange, le deuxième, et Yutz se sont quittés sur un 0-0 que l’on pourrait qualifier d’insipide.

Les deux équipes débutent d’ailleurs la rencontre prudemment, pour ne pas dire mollement. Yutz maîtrise le plus souvent les débats et se crée quelques bonnes situations. Mais la finition n’est pas au rendez-vous. Les Veymerangeois ont le mérite de se montrer dangereux sur une frappe de Cherfaoui que Gonzalez, le portier visiteur, stoppe brillamment. Les locaux portent à nouveau le danger devant le but adverse: une première fois sur un corner, puis une seconde sur un coup franc excentré. Mais là encore, sans résultat.

Au retour des vestiaires, les débats n’emballent toujours pas la foule. Les défenseurs sont sur le devant de la scène en prenant régulièrement le pas sur les attaquants. Du coup, les gardiens n’ont que peu d’occasions de s’exprimer.

De l’animation à la fin

À l’heure de jeu, le rythme passe enfin à une vitesse supérieure: les corners se multiplient pour les Veymerangeois. Sur l’un d’eux, Bombino est à deux doigts d’ouvrir la marque. Son coup de tête passe au ras du poteau alors que Gonzalez n’a pas bougé. Le dernier quart d’heure voit les deux équipes s’engager encore un peu plus. La dernière situation dangereuse est à mettre à l’actif des Yussois: Dobrowolski voit son coup de tête passer juste au-dessus de la transversale de Bersweiler. Ce sera le dernier fait de match d’une rencontre à oublier.

PARTAGER