A Thionville, le n°1 s’appelle désormais Veymerange. Photo RL
A Thionville, le n°1 s’appelle désormais Veymerange. Photo RL

Veymerange est allé au bout de son rêve mais a souffert face à Thionville, qui a tout tenté. Les Verts de Marc Berardi retrouvent la Division d’Honneur, vingt ans après ceux de Victor Romano.

« On est les champions, on est les champions », chante le peuple Vert. Veymerange aura dû attendre la 93e minute pour pouvoir se libérer en même temps que Guildorf éliminait Burgraeve, le gardien Thionvillois.

Avant, devant 600 spectateurs au bas mot, on avait assisté à une partie tendue, serrée, indécise, dominée légèrement, dans un premier temps, par les Bleu et Or de Pasqualetto et Sagrafena. L’initiative était donc Thionvilloise, mais l’efficacité allait être Veymerangeoise. Jusque-là, on avait vu peu de grandes envolées. Et puis, le ballon tombait dans les pieds de Gentit, l’arrière droit des Verts, qui, de vingt à vingt-cinq mètres, déclenchait de l’extérieur du pied une frappe que Burgraeve appréciait mal. Pour Veym’, ça sentait bon.

Guildorf au bout du match

Mais après le repos, le futur champion reculait, abandonnant le terrain aux locaux qui ne se privaient pas d’attaquer, notamment par Batouche, sur la gauche. Thionville poussait et Veymerange n’existait plus que par des contres menés par Marez mais mal terminés.

Les Verts obtenaient une balle de match sur une action de Bombino, mais, cette fois, Burgraeve s’opposait joliment sur un tir de Steinmetz (72e). Et puis, Zywczyn payait son entrée en jeu d’une égalisation somptueuse. Des vingt-cinq mètres, la balle fusait dans la lucarne du but de Bersweiler. A 1 partout, la partie se tendait pour Veym’. Un but, et Thionville aurait couronné Hagondange. Mais la meilleure défense du championnat faisait face. L’esprit et le sens de la solidarité des Verts allaient les emmener à la victoire. Un dernier contre au bout des arrêts de jeu. Et Guildorf envoyait tout le monde dans les étoiles. Qui c’est les plus forts ? Bien évidemment, les Verts de Veymerange. Et c’est mérité !

Les réactions

Sébastien Sagrafena, entraîneur de Thionville FC: « Je pense qu’on a été supérieur dans le jeu, mais le réalisme de Veymerange en a fait des champions. Bravo à eux ! »

Christophe Granveaux, entraîneur de Veymerange: « Ouf ! c’était compliqué, mais on s’attendait à ça. L’enjeu nous a crispés. Nous avons su tenir. Nous sommes récompensés. »

Le match

THIONVILLE – VEYMERANGE : 1-2 (0-1)

Stade Guentrange. 600 spectateurs. Arbitre: M. Mittelbronn. But pour Thionville: Zywczyn (80e), pour Veymerange: Gentit (43e), Guildorf (90e+3). Avertissement à Thionville: Ghoumezziane (51e).

L’essentiel de la 22ème journée

Une montée dans la poche. Veymerange n’a pas manqué l’occasion. En pole position avant cette ultime journée de championnat, les hommes de Christophe Granveaux sont allés chercher à Thionville la victoire qui leur manquait pour composter leur montée en division d’honneur. Un but dans les dernières secondes n’a fait qu’ajouter du punch à ce parcours de champion. Quartorze victoires, quatre défaites, une différence de buts largement positive. Les chiffres résument bien la domination de ce groupe.

Hagondange et Far entêtés. Si Veymerange fait un beau champion, c’est aussi parce que ses deux poursuivants ne lui ont pas rendu la partie facile. En l’emportant à Homécourt et contre Trémery, Hagondange et Farébersviller ont mis la pression jusqu’au bout au leader. Ça n’a pas suffi.

Une dernière douloureuse. Déjà condamnées, Soucht et Sarrebourg ont vécu une dernière sortie difficile, entachée d’un score fleuve. A Fameck et à Bar-la-Duc, les joueurs ont craqué. Il était temps que ça se termine.

Photos de la rencontre:

PARTAGER